Reportages : Sandra, une sirène parmi les requins

Voir le site TF1 & Vous

Reportages - Logo
Par veroniquetf1|Ecrit pour TF1|2011-04-21T09:06:18.000Z, mis à jour 2011-04-21T09:07:37.000Z

Reportages : Sandra, une sirène parmi les requins

Retrouvez l'émission Reportages, samedi 7 mai à 13 h15 pour deux nouveaux sujets :


Sandra, une sirène parmi les requins


Sauver et protéger le monde sous-marin.... Depuis qu'elle a 7 ans, Sandra Bessudo a fait de la défense de la faune sous-marine, le combat de sa vie. A 41 ans, cette biologiste franco-colombienne est devenue l'ambassadrice des dauphins, des murènes, des requins marteaux... Nous l'avons accompagnée lors de sa dernière expédition à Malpelo, une île volcanique en plein Pacifique... le paradis de Sandra, le sanctuaire des requins. Dix jours de plongée avec des scientifiques et, pour la première fois, Suani, son fils de neuf ans.

Au large des côtes de la Colombie, une falaise vertigineuse plonge à 4000 mètres sous la mer. Le long du récif de Malpelo, des espèces uniques au monde se donnent rendez-vous. Le site a été classé au patrimoine mondial de l'humanité grâce à une femme : Sandra Bessudo. Cette biologiste sous marine franco-colombienne a fait de la défense de ce paradis sous-marin le combat de sa vie.... Raies, dauphins et par-dessus tout, trésors uniques au monde : les requins marteaux.


Pendant 10 jours, Sandra va diriger ici une expédition scientifique destinée à les recenser pour mieux les protéger. Il y a 10 ans, Sandra Bessudo a réussi à faire de Malpelo une réserve naturelle puis elle a étendu son combat à d'autres sites. De national, son combat est devenue planétaire. " Mon rêve le plus cher c'est que nous puissions vivre correctement avec la nature. Sans penser que la nature est simplement pour nous, que l'on peut pêcher, exterminer non seulement les espèces mais aussi abimer tous les écosystèmes qui sont une nécessité pour notre qualité de vie, pour notre vie comme espèce humaine. " Il y a quelques mois, Sandra a accepté de posé presque nue, un filet comme seule parure, pour dénoncer la capture illégale des requins.

Sandra Bessudo vit à Bogota, et vient d'être nommée Ministre de l'Environnement. Plus de combinaison de plongée mais un tailleur strict, un garde du corps et une voiture officielle blindée. " Ce sont de longues journées. C'est très peu de vie de famille, beaucoup de voyages, de réunions, de mails à répondre, mais, voilà, j'ai l'opportunité d'essayer que le pays bouge dans le sens où il faut. C'est pour ça que j'ai accepté ce travail ". Sandra a reçu l'autorisation exceptionnelle du Président de quitter son bureau et ses fonctions officielles pour une dizaine de jours, le temps de retrouver Malpelo.... Et pour la première fois, Suani, son fils de 9 ans, l'accompagne. Deux jours de navigation pour dix jours au large du récif... Cela fait un an que Sandra n'a pas plongé à Malpelo... " Malpelo veut dire inhospitalier... Pour moi, c'est devenu... ma vie. Je dirais plutôt que c'est impressionnant. La première fois que je suis venue c'est en 1987. C'était le coup de foudre et c'est là que j'ai décidé que j'allais continuer à revenir. "

L'émission reportages, vous présentera égalment :


Coupeur de feu...7 ans après



Il y a 7 ans, nous avions rencontré des personnages étonnants et découvert en Haute Savoie l'existence des coupeurs de feu. Marlène connaît la formule qui supprime les douleurs d'une brûlure... " si je me brûle, je me coupe le feu tout de suite et ça marche. Pas de douleur, pas de marque... rien ".

Un don qu'elle ne transmet qu'une fois par an, le soir de Noël. En 2003, l'élu était un jeune pompier, Ludovic " j'ai attendu ce moment. Je m'y suis préparé. C'est une chose qu'on fait une fois dans sa vie. Je suis comme un petit enfant qui attend un grand cadeau. " Il y avait aussi Gérard " magnétiseur comme on ne peut pas se déclarer ni rebouteux, ni guérisseur en France. C'est la loi. "

Et aujourd'hui ? Pour Marlène " Avant... quelqu'un qui coupait le feu, c'était un peu des sorciers. Maintenant les gens en parlent plus. Vous avez des médecins qui essayent de comprendre, de voir les résultats et les bornés. Il y en a : il ne faut surtout pas parler de ça ! " En 2003, Carlos, son voisin cuisinier, l'avait consultée " je me rappelle qu'elle m'a pris la main. Rien que le contact humain, rien que ça déjà c'était bien. Le soir je ne sentais plus rien. Maintenant ma femme aussi a ce pouvoir là. "

A l'Hôpital de Thonon, en 2003, le docteur Tavernier faisait déjà appel à ces " barreurs de feu ". Après la diffusion du premier reportage, le standard de l'hôpital explose " Ils voulaient les coordonnées d'un barreur de feu pour se faire barrer les douleurs, toutes confondues. Alors que nous on ne fait appel que pour les brûlures thermiques. Il fallait quand même protéger ces barreurs de feu, qu'ils ne soient pas assaillis de demandes en tout genre Ce n'est pas la solution miracle à tous les problèmes. Je pense qu'en Haute Savoie, on fait appel aux coupeurs de feu dans tous les services d'urgence, plus ou moins officiellement ".

Dans les Vosges, Gérard le rebouteux rit encore des grimaces que faisaient ses clients à l'époque. "Il faut sortir des blagues pour détendre la personne. Quand ils sont déjà venus, ils savent à quel moment on va remettre et ils se crispent. Donc il faut arriver à les détendre, sortir une blague et on les surprend. C'est plus facile de remettre quelqu'un qui est détendu ". Le cabinet de Gérard ne désemplit pas, une petite douleur vaut mieux qu'une boîte de cachets disent ses clients. " J'en vis mais c'est une passion " qu'il a transmise à sa femme qui travaille à ses côtés. " Moi je n'appelle pas ça un don, c'est une sensibilité qu'on développe ou pas. "

Retrouvez les reportages dans leur intégralité, les liens et les infos utiles sur tf1.fr à l'adresse : http://www.tf1.fr/reportages/

Véronique

L'équipe de TF1 & Vous