SEPT A HUIT : Le mystère des jumelles

Voir le site TF1 & Vous

SOMMAIRE - SEPT À HUIT DIMANCHE 14 SEPTEMBRE 2008 18:45
Par manuduperray|Ecrit pour TF1|2011-02-12T12:35:54.000Z, mis à jour 2011-02-12T12:37:51.000Z

SEPT A HUIT : Le mystère des jumelles

Dimanche 13 février 2011 :


LE MYSTERE DES JUMELLES
Que sont devenues Alessia et Livia, les jumelles suisses de 6 ans ? Elles ont disparu le dimanche 30 janvier dernier. Ce jour-là, leur père, Mathias Schepp, ne les ramène pas chez leur mère, Irina, qui en a la garde depuis leur séparation.
Le 4 février, le corps du père est retrouvé près d'une gare dans le sud de l'Italie. Il s'est jeté la veille sous un train. Mais il n'y a aucune trace des filles.
Les policiers suisses, bientôt rejoints par les Français et les Italiens, essaient depuis de reconstituer et de comprendre le parcours du père et de ses enfants.
Quel sort le père a-t-il réservé à ses petites filles ? Qu'est ce qui a motivé l'enlèvement et son suicide ?
Sept à Huit revient sur cette incroyable fuite et sur la personnalité d'un homme désespéré par sa séparation avec son épouse.

PLUS VRAI QUE NATURE : LES POUPONS REBORN
Impossible de ne pas s'y tromper : ce sont des poupées, mais d'un incroyable réalisme. Elles ne sont pas faites pour les petites filles, mais pour des adultes qui les collectionnent et les traitent comme des enfants.
Ceux qui les achètent, des femmes le plus souvent, préfèrent parler d'adoption. Elles les reçoivent avec un bracelet de naissance, un certificat de naissance.
Ces poupons baptisés " reborn " (de " renaissance " en anglais) arrivent désormais en France.
Sophie, 44 ans, une aide-soignante sans enfant, les collectionne : elle a adopté 4 " reborns ", au nom de sa passion pour le monde des bébés.
Le fils de Julie est adulte, alors elle se consacre à ses poupons. Elle en a déjà 35 et consacre beaucoup d'argent à sa passion : ces créations qui exigent plusieurs semaines de travail coûtent entre 300 et 1500 euros.
Son mari est très tolérant face à cette collection, mais elle doit faire face au scepticisme, voire aux critiques de ceux qui trouvent sa passion morbide
Quant à Nathalie, elle en a carrément fait sa profession. Elle crée des poupées, organise des stages pour ceux qui veulent l'imiter, et loue même ses bébés pour le cinéma.

FREE RIDERS, LES SKIEURS DE L'EXTRÊME
Dans le monde du ski, c'est la compétition la plus extrême : le free ride. Aucune règle, aucune limite : ces skieurs fous dévalent des murs de neige vertigineux, sautent des barres rocheuses inaccessibles au commun des mortels.
Le Français Aurélien Ducros, 28 ans, est devenu champion du monde en 2009. Grâce à ses performances et sa maîtrise sur ces parois deux fois plus inclinées que des pistes noires, ce Chamoniard gagne désormais sa vie grâce aux sponsors. Un revenu de cadre supérieur, des skis créés spécialement pour lui, mais une vie loin de sa compagne et de son fils.
Quant à Jérémy Prévost, à 25 ans, c'est le plus jeune Français sur le circuit : il multiplie les risques et les sauts acrobatiques pour trouver des sponsors. Pour l'instant, c'est son travail de moniteur de ski qui lui permet de vivre sans renoncer à sa passion.
Sept à Huit les a accompagnés sur la face nord de Gorvatch, en Suisse, l'une des descentes les plus difficiles.
Des images à couper le souffle pour un sport extrême.


MAMIE CLICHY
Il y a 43 ans, Madeleine et son mari s'installaient au 6eme étage d'un immeuble flambant de Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint Denis.
Depuis, la copropriété sombre lentement avec l'appauvrissement progressif des propriétaires et l'arrivée de familles très précaires, souvent d'origine immigrées. Les loyers restent impayés, les parties communes se sont dégradées, des dealers se sont installés dans les halls.
L'ascenseur de Madeleine est en panne depuis 2 ans.
Lorsque son mari est décédé il y a quelques mois, il a fallu le descendre dans un sac plastique car la civière ne passait pas dans les escaliers.


Un autre voisin, qui devait monter et descendre ces escaliers chaque jour, est mort d'une crise cardiaque.
Malgré ce quotidien difficile, depuis son appartement peuplé de souvenirs, Madeleine raconte les liens exceptionnels qu'elle a tissés avec ses " nouveaux voisins " venus de tous les coins du monde.
Celle que les enfants de l'immeuble appellent tous mamie ne conçoit pas d'aller vivre ailleurs pour finir sa vie.