The Voice : Son adoption, ses débuts de Gare St Lazare à The Voice… Vincent Vinel se raconte dans son autobiographie

Voir le site The Voice Kids

Vincent Vinel à TF1
Par ZY|Ecrit pour TF1|2017-07-12T10:32:45.766Z, mis à jour 2017-07-12T12:11:44.918Z

En Facebook live sur TF1, Vincent Vinel en a profité pour évoquer son autobiographie « Sortir de l’ombre ». Dans ce livre, le jeune talent y raconte son adoption, son aventure The Voice depuis sa découverte à Gare St Lazare jusqu’aux lives.

Depuis la fin de la sixième saison de The Voice qui a vu la victoire de Lisandro Cuxi, Vincent Vinel ne chôme pas. Après une tournée effectuée avec les huit finalistes du programme phare de TF1, le protégé de Mika multiplie les projets. En effet, en attendant, un premier single qui en plein enregistrement, Vincent Vinel a décidé de se raconter dans un livre paru le 29 juin dernier aux éditions Michel Lafon. Dans cette autobiographie intitulée Sortir de l’ombre, le jeune homme de 21 ans y évoque son enfance mais également toute l’aventure The Voice vue des coulisses. « J’ai eu envie de montrer avec mon regard – mon regard qui ne voit pas grand-chose – de montrer cette aventure, ma vie, mon expérience, » a-t-il déclaré avec beaucoup d'humour à Vincent Hasta, le journaliste qui l’interrogeait lors de son Facebook Live ce mardi 11 juillet sur TF1. 

Dans ce livre, Vincent Vinel y parle de son adoption à l’âge de 18 mois et de ses parents qui sont partis « le chercher au fin fond de la Bulgarie ». Il y évoque également son handicap visuel mais aussi son don d’hypermnésie et son oreille absolue.

Vincent Vinel est également revenu sur ses débuts et sur sa rencontre improbable avec une casteuse de The Voice. En effet, alors qu’il jouait sur un piano en libre-service à Gare St Lazare à Paris un morceau de Stromae (redécouvrez d'ailleurs ci-dessus un medley des chansons du chanteur belge reprises par Vincent Vinel), il est abordé par la jeune femme à la recherche de nouveaux talents. Sur le coup, il n’y a pas vraiment cru : « C’était peu lunaire comme rencontre. Elle me prend mes coordonnées, puis elle me rappelle une semaine après pour m’inviter au casting. Donc ça fait bizarre ! » 

D’ailleurs pour Vincent Vinel, jouer dans une gare s’apparente un peu à un crash-test : « Si tu joues bien, les gens s’arrêtent, ils écoutent, ils sont contents. Et si tu joues mal, les gens prennent leur train et se cassent. (…) Ça m’est déjà arrivé qu’il y ait des gens qui me disent : ‘je viens de rater 3 trains !’ C’est amusant, c’est gratifiant, c’est sûr ! » 

Pour en savoir plus, découvrez l'intégralité de ce Facebook Live ci-dessous : 


en savoir plus : Vincent Vinel, Mika