The Voice Kids : Imane : "Je pensais ne pas avoir ma place dans l’émission"

Voir le site The Voice Kids

Imane interprète « Christine » de Christine and The Queens.
Par Pauline HOHOADJI|Ecrit pour TF1|2017-03-05T10:00:00.701Z, mis à jour 2017-03-05T10:00:00.701Z

Avec sa reprise aux influences très africaines de "Christine" de Christine and the Queens, Imane a bluffé les quatre coachs de "The Voice". Un joli plébiscite alors qu’elle n’a que 16 ans. Rencontre avec une jeune artiste surprenante.

MYTF1 : Avant de monter sur scène, on voit votre père dire : "vas-y, casse la baraque." Mission réussie non ?
Imane : J'espère que c'était le cas car c'était le but. Je voulais emmener beaucoup d'énergie positive. Avec mes arrangements, je mets beaucoup de moi. Cette chanson représente l'état d'esprit que j'ai dans la vie de tous les jours. Donc, je suis super contente que ça ait plu à tout le monde. 

Qu'avez-vous ressenti en voyant le buzz de Zazie ?
J'étais vraiment soulagée. Et surtout, je ne m’attendais pas à ce buzz aussi tôt dans la chanson. Qu'elle buzze en début de chanson m'a étonnée. Ça m'a permis de me sentir à l'aise dès le début. Le buzz m'a délivrée ! 

Et quand tous les fauteuils se retournent, ce n'est plus de la délivrance mais de la joie ?
Oui ! A partir de ce moment-là, je suis devenue complètement folle. Je me suis laissée emporter par le public qui est en train de danser, par les coachs qui se lèvent et dansent. J'étais dans une énergie comme si c'était mon propre concert ! 

Quand on vous voit danser et les coachs vous répondre devant les fauteuils, c'est marquant non ?
Oui… C'était un très, très beau moment. 

Vous vous attendiez à une telle réaction ?
Pas du tout car j'arrivais avec beaucoup de crainte. Je reprenais ce titre-là pour la première fois. Je n'avais jamais fait ce style de musique avant. C'était un challenge. Je n'y allais pas pour montrer ce que je savais faire avec ma voix, mais pour montrer mon univers. 

On doit se sentir planer après le flot de compliments reçu ?
Je ne me rappelle même pas de tout ce qu'ils m'ont dit ! J'étais tellement ailleurs. Je me rappelle de quelques mots, mais je n'arrive pas à construire des phrases avec ! 

Je voulais montrer une partie de mon identité

C'était une volonté de rendre hommage à vos racines comoriennes ?
Je ne le fais pas forcément tout le temps, mais sur ce titre-là, j'avais envie de le faire. Le fait que je pouvais amener mes influences, c'est vraiment quelque chose que je voulais montrer aux auditions à l'aveugle. C’était important que le fasse, pour que le public me cerne directement. C'était important d'arriver avec un titre montrant une partie de mon identité pour montrer qui j'étais. Mais j'aime beaucoup toucher à tout. Ce ne sont pas des influences que je vais mettre tout le temps. 

Quelles sont vos autres influences musicales ?
J'aime beaucoup la soul, le jazz, le rap. J'aime la culture urbaine, de l'électro aussi. Je suis éclectique avec quelques influences afro grâce à mes parents. C'est leur musique, je ne vais pas forcément écouter ça de moi-même. Mais j'ai été bercée avec. Le moment avec votre père sur scène était touchant. Il a d'ailleurs pleuré. Moi ça m'a plutôt fait rire parce que je me suis dit : "Mon dieu, devant toute la France, mon papa qui pleure !" (rires) Je le taquine avec ça, je lui dis : "Tu te rends compte, tu as pleuré sur le plateau." Ça me fait rire car on est des fans de l'émission et on rigolait souvent des proches qui sont très émus. Le fait que ça lui arrive à lui, ça m'a beaucoup fait rire ! Il n'est pas du tout comme ça dans la vie de tous les jours, il n'est pas démonstratif. Donc moi aussi, ça m'a vraiment touchée de le voir comme ça. 

Vous avez confié, avant l’audition, que votre père utilise "toute son énergie pour votre passion." Concrètement, ça se traduit comment ?
Je fais beaucoup de concerts dans des bars, des restaurants. Et tout est grâce à lui. C'est mon manager, il gère un peu tout. Il utilise toute son énergie alors qu'il travaille à côté. Il fait en sorte que je m'épanouisse le plus possible dans la musique. 

Vous avez toujours été si fusionnels ?
On passe beaucoup de temps ensemble. J'ai des petites sœurs et c'est vrai que je leur ai volé un peu leur papa. Il s'occupe beaucoup, beaucoup de moi. Il y a des disputes car on n'est pas toujours d'accord sur tout. Mais la musique nous a vraiment rapprochés. Au début, il montait sur scène avec moi. Il m'accompagnait au djembé. 

Vous êtes contente qu'il ait choisi Mika comme coach ?
En fait, ça a été un choix mutuel. J'admire beaucoup Mika, je suis une très grande fan. J'ai toujours voulu Mika. Mais je voyais les quatre coachs... Il fallait que quelqu'un me conforte dans ma décision et je savais que mon père allait me dire que c'était le bon choix. C'était symbolique pour moi qu'il le dise, en remerciement. 

Vous êtes en première. Comment conciliez-vous le chant avec les études ?
C'est plus difficile maintenant avec The Voice. Mais je m'en suis toujours bien tirée. C'était un compromis avec mes parents : Il faut que j'assure à l'école pour pouvoir faire de la musique à côté. 

Vous chantez depuis toujours ?
Depuis toute petite on va dire même si je n'ai que 17 ans ! Ça vient de la famille ? Ma mère chante, mon père joue. Mes cousins rappent, produisent beaucoup d'instrumental ou sont dans l'électro. 

Il y a tout ce qu'il faut pour faire un beau projet en famille, donc.
Oui ! (rires) La musique est omniprésente. Je pense que c'est aussi dans ma culture aux Comores. 

J’admire énormément Stromae

Aujourd'hui, si on vous propose de choisir un artiste pour faire un duo, vous optez pour qui ?
Stromae. J'admire énormément cet artiste. Il détecte ce qui me touche beaucoup. Il a des textes très intelligents, des petites références africaines que je veux mettre. Il y a une revendication de l'identité africaine dans les musiques. Moi j'aimerais bien la mettre de manière plus subtile et je trouve que Stromae le fait de manière très intelligente. 

Vous composez un peu ?
J'apprends depuis deux, trois ans. J'ai un petit studio dans ma chambre - c'est une surprise que mes parents m'ont faite - et depuis je fais un peu de production. C'est justement ce qui m'a amené à faire cet arrangement de Christine and the Queens. 

C’est votre père qui vous a inscrit à The Voice 6 ?
Mes parents voulaient le faire mais plus tard. Pour moi, c'était ni maintenant, ni plus tard. J'ai toujours beaucoup aimé cette émission, mais je me disais que je n'avais pas ma place. Finalement, c'est un ami de la famille qui a envoyé la vidéo. Quand il m'a raconté ça, je me suis dit que c'était peut-être comme ça que ça devait se faire. Je ne regrette pas du tout. 

Il va avoir droit à un beau cadeau du coup non ?
C'est ça ! (rires) Je le remercie tous les jours d'avoir fait ça ! 

A quoi doit-on s'attendre pour la prochaine étape ?
Pour les battles, il faut s'attendre à beaucoup d'énergie. C'est ce que je veux apporter. Je vais essayer de surprendre !

Découvrez ci-dessous la cover d'Imane :


en savoir plus : Imane, Mika