The Voice : Olympe : "Un artiste se doit de parler des sujets qui lui tiennent à coeur"

Voir le site The Voice Kids

Olympe
Par Ingrid BERNARD|Ecrit pour TF1|2017-03-31T06:00:53.739Z, mis à jour 2017-03-31T06:00:53.739Z

Finaliste de la saison 2, Olympe a parcouru son petit bonhomme de chemin. Il travaille actuellement sur son nouvel album. Entretien.

Vous préparez actuellement un nouvel album. Pouvez-vous nous en dire plus…
J’ai sorti un EP avec huit titres au mois de septembre dernier. J’ai décidé de revenir à l’essentiel, à ce qui me caractérisait. C’est pour cela que l’on retrouve des instruments comme le piano, la basse, le violoncelle. Je travaille actuellement sur mon nouvel album. Il ira en ce sens. Je compose beaucoup. Il me reste à l’enregistrer.

Dans cet album, il y aura des chansons très personnelles. Quelle est, selon vous, la mission d’un artiste ?
C’est important qu’un artiste se livre à travers sa musique, qu’il se dévoile. De mon côté, je n’hésite pas à parler de mon histoire. Je suis quelqu’un de timide à la base. J’ai été élevé par mon grand-père. Je n’arrivais pas forcément à me confier à lui. La musique, c’était un refuge, un moyen d’extérioriser mes émotions.

Un chanteur se doit-il d’être engagé ?
Oui, c’est important. Après, il y a plusieurs sortes d’engagement. Pour ma part, je ne parle pas de politique parce que je ne suis pas assez calé dans ce domaine. En revanche, je n’hésite pas à aborder des causes qui me tiennent à cœur. J’ai, par exemple, fait une chanson en faveur des personnes qui s’aiment peu importe leurs sexes ou leurs origines. Dans l’ensemble, j’ai eu plutôt des bons retours.

Vous n’hésitez pas, non plus, à donner de votre temps pour des associations…
Depuis que je suis tout petit, j’ai appris à donner un peu de moi. Quand je peux, je fais des concerts pour des associations : contre la mucoviscidose, pour les pièces jaunes, pour les enfants qui ont des os de verre. Je suis aussi engagé pour l’association le Refuge qui se bat pour des jeunes qui sont rejetés parce qu’ils sont homosexuels. Ca ne me coûte rien de donner de mon temps.

Vous parlez librement de votre homosexualité sur les réseaux sociaux. Vous n’avez jamais eu de difficulté à le faire ?
Au début, on me conseillait de ne pas en parler. Et puis je me suis demandé : « Pourquoi ? Qu’est-ce que ça fait ? Si les jeunes ne me suivent plus parce que j’aime un homme, tant pis ». Lorsque j’ai fait ma demande en mariage, j’ai posté un message sur les réseaux sociaux. C’est aussi un moyen de contrôler mon image, plutôt que les paparazzi nous prennent par surprise. Aujourd’hui, je suis un homme libre et heureux.

"Grâce au sport, je me sens mieux dans ma peau"

Vous postez régulièrement des photos de vous en train de faire du sport sur les réseaux sociaux. Pourquoi avoir décidé de vous remettre au sport ?
J’ai toujours eu un souci avec mon poids. Je ne sens pas forcément à l’aise dans mon corps. J’avais perdu  dix kilos avant de participer à The Voice. J’ai tout repris en studio et lors de ma tournée. Il y a certaines périodes dans la vie où l’on se sent plus ou moins bien. En fin d’année dernière, j’étais plutôt en phase descendante. J’ai décidé de me remette au sport le 26 décembre. Depuis, je m’y tiens. J’y vais cinq fois par semaine. Je profite de mon week-end pour me reposer. Je fais également très attention à mon alimentation. Je trouve que je suis plus inspiré depuis. Et surtout, je me sens bien dans ma peau. D’ailleurs, les gens me trouvent radieux. Ca fait du bien !

Etes-vous resté en contact avec votre coach Jenifer ?
On s’envoie des petits messages de temps en temps. Il nous arrive aussi de nous croiser sur des plateaux télé. Jenifer est venue à Lille en début de mois. On a passé quelques minutes ensemble. On était heureux de se retrouver.

Si vous deviez retenter les auditions à l’aveugle cette année, quel coach choisiriez-vous ?
Je les apprécie tous. Mais certainement Zazie. J’ai toujours été touché par sa musique.

Vivez-vous de la musique aujourd’hui ?
Oui, j’ai cette chance même s’il y a des phases où j’ai moins d’argent. Il m’arrive encore de faire des petits boulots par ci par là, lorsque ça va un peu moins bien, mais c’est de plus en plus rare. Je m !e produis pas mal en concerts.


en savoir plus : Jenifer