The Voice 2020 - Hakob : "Ce duo avec Tirso restera un moment inoubliable"

Pour cette deuxième soirée des battles de “The Voice 2020”, dans l’équipe de Pascal Obispo : Hakob a conquis son coach. Interview.
Au départ, je n’y crois pas trop. Je suis surpris parce qu’à côté de moi, il y a un chanteur qui est beaucoup plus expérimenté et qui mérite sa place. Il est plus puissant vocalement et fait passer de l’émotion. Alors, quand Pascal dit mon nom, c’est la surprise suivie d’un sentiment de tristesse profonde pour Tirso. Mais je me console en me disant que des portes vont s’ouvrir pour lui !

Et maintenant, vous appréhendez les KO ?
Je dois avouer que ça me fait un peu peur parce que ça s’annonce encore plus difficile. La compétition se resserre entre les talents. Il faut être à la hauteur ! J’y vais avec un petit doute mais je me dis que si j’ai été choisi, c’est que j’ai ma place. Maintenant, il faut travailler pour bien préparer ce moment et tout donner pour convaincre mon coach.

unités sont venues à moi sans trop avoir besoin de provoquer ma chance. Comédie musicale, albums, concerts… L’an dernier, j’ai fait plus de 50 représentations à travers la France mais aussi en Russie, Arménie ou encore Suisse. Tout s’est enchaîné assez naturellement jusqu’au casting de The Voice !

Pourquoi participer à The Voice ?

D’abord, c’était un gros défi pour moi parce que je voulais me tester dans un autre registre que celui du lyrique. J’ai commencé avec une formation classique mais depuis un an, j’ai découvert d’autres styles de musique et ça me plaît. Alors je me suis dit : pourquoi pas faire cette émission pour voir si je suis capable de chanter autre chose ? C’est un défi parce que je sors littéralement de ma zone de confort mais je ne veux pas non plus oublier qui je suis en tant que chanteur lyrique. On vit avec notre temps et je pense que c’est important de découvrir d’autres univers.

La battle avec Tirso, c’était une belle annonce ?
Je ne le connaissais pas et je n’avais pas vu son audition à l’aveugle puisqu’elle n’avait pas encore été diffusée. Quand je l’ai entendu pour la première fois, je me suis dit que ça allait être chaud… Est-ce que je vais être à la hauteur ? Tirso est un chanteur magnifique, avec plus d’expériences que moi. Au départ, ça m’a fait un peu peur ! Après, en ce qui concerne le choix de la musique, j’étais très heureux de chanter ce titre de Florent Pagny composé par Pascal Obispo. Honnêtement, c’est une belle chanson que j’ai toujours eu envie de chanter mais je n’en avais jamais eu l’occasion. Je l’ai pris comme un signe du destin.

Quel est le meilleur conseil que Pascal Obispo vous ait donné ?
Mon coach m’a dit de ne pas faire le chanteur et de vivre la chanson. Même si je n’en suis qu’à mes débuts, à force de faire des scènes, on peut perdre un peu de cette fraîcheur et spontanéité parce qu’il y a une forme de routine qui s’installe. Pascal ne voulait pas que je perde cette innocence et ce plaisir d’être sur scène. C’est un conseil que je garderai toute ma vie parce que je ne veux pas laisser penser que je ne suis pas passionné par ce que je fais. On partage et on fait passer tellement d’émotions qu’il faut savoir rester juste dans son intention.

Comment s’est passée la battle pour vous ?
C’était un vrai beau duo ! Je n’aurais pas pu rêver meilleur partenaire de scène. Tirso a un coeur en or et je le respecte beaucoup. Nous, on n’était pas dans cet esprit de “battle”. C’est ce qui a rendu le moment magique ! En sortant de scène, on était ravis de ce qu’on avait fait. Ça restera un moment inoubliable pour nous deux. Aujourd’hui, on est devenus très proches et on se parle toujours.

Pascal Obispo vous a choisi. Qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ?
Au départ, je n’y crois pas trop. Je suis surpris parce qu’à côté de moi, il y a un chanteur qui est beaucoup plus expérimenté et qui mérite sa place. Il est plus puissant vocalement et fait passer de l’émotion. Alors, quand Pascal dit mon nom, c’est la surprise suivie d’un sentiment de tristesse profonde pour Tirso. Mais je me console en me disant que des portes vont s’ouvrir pour lui !

Et maintenant, vous appréhendez les KO ?
Je dois avouer que ça me fait un peu peur parce que ça s’annonce encore plus difficile. La compétition se resserre entre les talents. Il faut être à la hauteur ! J’y vais avec un petit doute mais je me dis que si j’ai été choisi, c’est que j’ai ma place. Maintenant, il faut travailler pour bien préparer ce moment et tout donner pour convaincre mon coach.

Vidéos associées

News associées