The Voice 2020 - Kaël : "Je veux que ma fille soit fière de moi"

Kaël a séduit Marc Lavoine dans “The Voice”, ce samedi 29 février sur TF1. Interview.

Kaël, racontez-nous votre parcours.

J’ai grandi dans le Sud, près de Montélimar, avec un papa musicien, batteur. J’ai baigné très vite dans la musique et dans le chant mais j’étais d’une timidité maladive. Pendant longtemps, je ne pouvais pas chanter devant des gens alors je le faisais sous la douche. C’est aussi pour ça que je n’ai jamais envisagé de faire carrière dans la chanson. J’ai poursuivi une scolarité classique, fait des études sciences-économiques. Au début, je me disais que peut-être, ça me plairait d’être dans une vie rangée... Mais un soir, lors d’une soirée karaoké, j’ai un déclic. Le lendemain, je quittais la fac et je disais à mes parents que j’avais envie de lancer dans la musique à fond. Je démarrais plus tard que les autres mais je savais que je travaillerais trois fois plus dur pour rattraper le temps perdu. En 2013, je me suis retrouvé à un moment charnière de ma vie. J’avais 30 ans, je me séparais de la mère de ma fille. Je n’avais pas obtenu sa garde mais je ne l’ai pas du tout abandonné. Je la vois un week-end sur deux et la moitié des vacances comme beaucoup de parents séparés. Je me suis simplement éloigné d’elle géographiquement. En plus de tout ça, pour ma carrière artistique, je me disais, c’est maintenant ou jamais de monter à Paris. J’avais envie de faire autre chose que des soirées dansantes.

Pourquoi vous participez à The Voice ?

Cet été, j’étais en vacances dans le sud avec ma fille et je lui disais que j’allais me donner les moyens de réussir le casting The Voice. J’ai beaucoup travaillé pour que l’équipe de casting voit en moi, un vrai professionnel de la musique. Il faut savoir qu’avant de faire les auditions à l’aveugle, il y a plusieurs étapes de casting à décrocher, trois mois de sélection au total. Alors chanter devant les quatre coachs, sur cette scène, c’était déjà une grande victoire. Je n’arrivais pas à croire que j’avais été sélectionné parmi les 115 derniers talents.

Avec son buzz, Marc Lavoine vous offre une place dans l’aventure The Voice.

C’est extraordinaire ! Ca valide mon parcours et les sacrifices que j’ai pu faire pour ma carrière. Je me suis posé 1000 questions au moment où j’ai tout quitté pour Paris. J’espérais que ça ne m’éloigne pas de ma fille et aujourd’hui, on a un lien hyper fort. Le fait qu’elle vienne me surprendre sur la scène alors que je ne m’attendais pas du tout à la voir, a rendu ce moment encore plus inoubliable. Je ne m’attendais tellement pas à la voir. C’est symbolique qu’elle soit à mes côtés pour cette victoire.

Vous êtes heureux d’avoir Marc Lavoine comme coach ?

Honnêtement, je ne pensais pas qu’un coach allait se retourner. Alors qu’il y en a un ou quatre qui se retournent, c’est magique. J’aurai été heureux d’être avec n’importe quel coach à partir du moment où j’étais dans l’aventure. Humainement, Marc Lavoine est un artiste que j’aime beaucoup. Si j’avais eu le choix, j’aurais probablement choisi Pascal Obispo parce qu’il se rapproche davantage de mon univers musical. Mais je ne regrette vraiment pas parce que j’ai toujours eu une profonde admiration pour Marc Lavoine. J’aime l’homme, l’artiste et l’acteur. Puis, je l’ai senti sincère avec moi. J’ai hâte de profiter de chaque seconde que j’aurai à ses côtés.

Qu’est-ce que vous attendez de l’aventure The Voice ?

Evidemment, j’espère faire de belles rencontres aussi bien professionnelles qu’humaines. Enfin, je rêve de rencontrer mon public. Je suis là pour montrer qui je suis, avec mes fragilités et mes blessures. J’espère que les téléspectateurs vont m'apprécier pour l’artiste que je suis. Je suis aussi là pour ma fille qui est mon rayon de soleil. Chaque chose que je fais, je le fais pour elle. Je veux qu’elle soit fière de son papa !

Vidéos associées

News associées