The Voice : The Voice : les cinq meilleurs moments du samedi 23 février

Voir le site The Voice

talent et coachs de dos
Par Martin TRAN|Ecrit pour TF1|2013-02-24T15:55:00.000Z, mis à jour 2013-02-24T16:11:00.000Z

Quatrième volet des auditions à l'aveugle, et encore une fois, les talents qui sont passés devant nos quatre coachs ont pour certains été très bons, d'autres renversants, surprenants, voire époustouflants. Retour sur les grands moments de cette émission de The Voice du 23 février.

Vous avez manqué l'émission The Voice du samedi 23 février ? Session de rattrapage spécialement concoctée par MYTF1, avec la sélection des meilleurs moments qu'il ne fallait pas manquer hier soir. C'est parti !

Aurore Delplace, de Cendrillon à Beyoncé...
C'est à une habituée des comédies musicales que les coachs ont à faire en premier lieu dans cette quatrième session des auditions à l'aveugle de The Voice : après avoir été la doublure de Cécilia Cara dans Grease, Aurore Delplace a joué Cendrillon dans la comédie musicale du même nom. Pour The Voice, elle a choisi « Listen » (un morceau tiré de « Dreamgirls », une... comédie musicale !) chanté par Beyonce Knowles. Et le moins que l'on puisse dire de cette interprétation, c'est qu'elle a été plutôt réussie, avec les quatre coachs qui se sont retournés ! Elle choisit finalement Louis Bertignac comme coach.


Chanter, c'est tout ce que veut Baptiste Defromont
Il se qualifie lui-même de « branleur », mais sur le plateau de The Voice hier soir, Baptiste Defromont n'a pas chômé : il a conquis le public et les coachs grâce à une interprétation parfaite de « Love is all ». La chanson composée par Roger Glover est un véritable hymne à l'amour, à l'amitié et à la fraternité qui fait vraiment plaisir à entendre et qui a conquis Garou, Florent Pagny et Jenifer. Baptiste Defromont a sélectionné le premier nommé pour la suite de l'aventure The Voice.


Ralf Hartmann, le couvreur qui voulait devenir chanteur
Cet Allemand de 46 ans a bluffé son auditoire, simplement. La chanson était difficile à reprendre ? Ralf, l'ancien couvreur, en a fait une ‘cover' réussie, et ce sont les trois coachs masculins qui se sont alors retournés sur lui. Avec sa guitare à la main, Ralf Hartmann possède une voix comme on les aime, et avec Garou comme coach, on peut être sûr d'entendre de très bonnes interprétations lors des prochaines échéances.



Emmanuel Djob, réincarnation de Ray Charles
Le coup de cœur des coachs, du public, de tout le monde : littéralement, Ray Charles est revenu sur Terre et s'est réincarné en Emmanuel Djob pour cette interprétation divine de « Georgia on my mind » ! Le Montpelliérain d'origine camerounaise a scié ceux qui l'ont écouté hier soir, il a fait dansé Garou et Jenifer, il a hypnotisé Louis Bertignac, il a embrasé les réseaux sociaux : bref, Emmanuel Djob est un sacré numéro, un talent à suivre, incontestablement !


Ludivine, come back gagnant
On connait ce visage, et pour cause : Ludivine était déjà un des talents de The Voice l'an dernier, ne se faisant éliminer que lors des battles par son coach d'alors, Garou. Cette saison, sa reprise de « When love takes over » de Kelly Rowland et David Guetta a encore fait mouche, les quatre coachs se retournat pour découvrir ce visage familier. Le seul à ne pas l'avoir reconnue, Florent Pagny, aura l'honeur de travailler avec Ludivine pour la suite de l'aventure The Voice.


Fanny Melili, une sensibilité à fleur de peau
C'est le petit bonus, le sicième élement de ce top 5 des meilleurs moments de l'émission du 23 février : à 19 ans, Fanny Melili n'est plus une ado mais pas encore une femme. L'émotion qu'elle a suscité en chantant le classique de Nicolas Peyrac « So far away from L.A. » vient certainement de là, de cet entre-deux : une douceur induite par la jeunesse couplée à une douleur qu'elle connait de ne plus pouvoir marcher sans aide ( sa béquille e la quitte pas), le tout accompagné de la fraîcheur d'un premier casting. Fanny Melili a convaincu Jenifer de se retourner, mais a su toucher un public plus large, les réseaux sociaux en étant la preuve.