Hélène de Fougerolles : «Ce film a fait du bien à mon ego !»

Hélène de Fougerolles : «Ce film a fait du bien à mon ego !»
Hélène de Fougerolles a délaissé pour un temps son rôle de flic dans la série «Balthazar» pour s’envoler vers l’île Maurice et tomber sous le charme d’un jeune homme deux fois plus jeune qu’elle !

Entre deux saisons de «Balthazar», on vous retrouve dans une comédie sentimentale…

Je suis arrivée très en amont car il s’agit de la même production. Quand ils m’ont parlé de ce projet à l’île Maurice, j’ai tout de suite accepté ! Sur le tournage, j’étais assez attentive à mon image car j’avais besoin de me sentir jolie. Je ne m’en préoccupe pas dans Balthazar car mon personnage de flic ne s’y prête pas. C’est super de ne pas avoir de pression esthétique mais ça fait aussi du bien de compenser de temps en temps avec autre chose. Au final, ce Trop jeune pour moi a été très agréable et a fait du bien à mon ego !

Qui est Doria ?

Doria mène une vie tranquille et bien rangée avec son mari et sa fille jusqu’au jour où elle découvre qu’il la trompe. Elle commence alors à se poser plein de questions et à douter d’elle-même, de ses choix… Elle décide de partir pour faire le point et rejoint sa mère qui vit à l’île Maurice. Elles ont une relation compliquée mais contrairement à elle, sa mère mord la vie à pleines dents. Lorsque Doria rencontre un jeune homme qui cherche à la séduire, elle décide de se laisser porter et de ne pas réfléchir, une bonne chose pour cette femme qui a toujours suivi le droit chemin. Elle voit cette rencontre comme une jolie parenthèse dans sa vie. Mais alors qu’elle pensait cette relation sans conséquence, elle se laisse prendre au jeu et commence à mentir sur son âge, sa situation…

Aviez-vous des inquiétudes quant à la crédibilité de votre couple à l’écran ?

Je ne me suis pas posé de question et ça a très bien fonctionné. Je me suis quand même donné les moyens : j’ai fait 1h30 de sport par jour et je n’ai fait qu’un seul repas pendant toute la durée du tournage… J’avais envie de me sentir au mieux physiquement pour ne pas y penser et je me suis dit que si ça ne marchait pas, je ne pourrais pas m’en vouloir.

Quel regard portez-vous sur les femmes qui sortent avec des hommes plus jeunes ?

Dans nos sociétés, un homme qui fréquente une femme plus jeune est toujours beaucoup mieux accepté que l’inverse. Les mentalités ont un peu évolué, mais ça reste quand même un sujet quand on voit toutes les remarques sur notre couple présidentiel ! Si le film peut aider à faire évoluer les mentalités, c’est une bonne chose, mais nous restons dans le registre de la comédie. Ce film est comme un petit bonbon acidulé. Je crois que pour une actrice, la question de l’apparence physique est exacerbée. Dans ma vie de tous les jours, je suis plutôt détachée de mon âge, mais dès que je tourne, le regard des autres par le prisme de l’image me tend. Par moment, j’avais besoin de me répéter que j’assumais ma différence d’âge avec mon partenaire pour m’en persuader. Pour certaines scènes, notamment celles où l’on devait s’embrasser, j’aimais bien boire un petit verre avant les prises pour me mettre en confiance ! Je pense que le regard du réalisateur, Jérémy Minui, m’a beaucoup aidée aussi. J’avais déjà travaillé avec lui. Sa maman est comédienne et il mystifie un peu ce monde. Il sublime les actrices. Etre sous son œil est très agréable.

Comment s’est passé ce tournage à L’île Maurice ?

C’était l’un des meilleurs de ma vie. Tous les jours, je remerciais le ciel ! En 20 mn de voiture, nous arrivions sur le plateau au cœur de paysages idylliques. A titre de comparaison, pour les derniers épisodes de Balthazar, je suis allée… à Orly ! Je connaissais bien le réalisateur mais aussi l’équipe technique et nous avons l’habitude de travailler dans le plaisir. J’ai fait la connaissance de Loyan Pons de Vier qui n’avait jamais fait de cinéma ni de télévision. Nous étions à l’écoute l’un de l’autre. Je suis assez intuitive ; lui travaille plus comme au théâtre. Je lui disais souvent de ne pas hésiter à se laisser déborder.

Arielle Dombasle est devenue votre mère pour l’occasion…

Arielle est un véritable ovni ! Elle a une façon d’être, de s’exprimer unique. Malgré son extravagance, elle est d’une grande simplicité et d’une grande gentillesse. C’est aussi une femme intelligente et très cultivée. J’ai eu beaucoup de chance de la rencontrer.

Quels sont vos projets ?

Je tourne au mois d’août la suite de Mention particulière, accompagnée du même casting. Je suis ravie de retrouver tous les comédiens. Puis je refais en septembre 2 nouveaux épisodes de Balthazar. Cette nouvelle saison en comptera donc huit. J’ai également terminé l’écriture de mon livre, entamée il y a plusieurs années, qui sortira en janvier 2021. Et je déménage fin septembre dans le sud de la France, près d’Avignon. Un grand changement de vie qui s’annonce pour moi !

Trop Jeune pour moi

RDV le lundi 31 août à 21h05

News associées