Un nouveau défi pour Lorie !

Voir le site Un mari de trop

Un mari de trop
Par Clémence Favier|Ecrit pour TF1|2010-09-22T10:17:00.000Z, mis à jour 2010-09-22T10:17:00.000Z

Pour son deuxième rôle sur le petit écran, Lorie Pester s'essaie à la comédie. Elle incarne Stéphanie, une jeune femme empêtrée dans ses mensonges et tiraillée entre les deux hommes de sa vie. Un rôle de composition... écrit spécialement pour elle. Diffusion Un mari de trop lundi 11 octobre à 20h45.

Pour son deuxième rôle sur le petit écran, Lorie Pester s'essaie à la comédie. Elle incarne Stéphanie, une jeune femme empêtrée dans ses mensonges et tiraillée entre les deux hommes de sa vie. Un rôle de composition... écrit spécialement pour elle. Diffusion Un mari de trop lundi 11 octobre à 20h45.

Un mari de trop

Comment êtes-vous arrivée sur ce projet ?
De feu et de glace, mon premier téléfilm (réalisé par Joyce Buñuel), a été une expérience concluante : j'ai adoré jouer et nous avons eu la chance d'avoir le public avec nous. TF1 a donc souhaité me proposer un nouveau projet. Mon manager et Joyce ont eu ensemble l'idée de cette histoire et m'ont concocté un rôle sur mesure ! Joyce n'a finalement pas pu réaliser le film, étant occupée par la suite de Clem, mais Louis Choquette l'a parfaitement remplacée.

Qui est l'héroïne de ce téléfilm ?
Stéphanie Vasseur vient d'un milieu modeste et rêve de mode depuis toujours. Elle décide de tout quitter pour tenter sa chance à Paris mais, sans diplôme ni références, elle s'invente un personnage. Un mensonge en entraînant un autre, elle construit sa carrière sur un passé inventé, quitte à se faire prendre à son propre piège...

Vous disiez vouloir jouer un personnage à l'opposé de vous, était-ce le cas ?
Mon souhait a été réalisé ! Nos seuls points communs sont, peut-être, que nous sommes «culottées» et venons toutes les deux du Nord, puisque j'ai des origines picardes. Je ne me reconnais pas du tout en Stéphanie, qui est une vraie mythomane. J'ai adoré jouer le mensonge, un exercice très subtil où il ne faut pas montrer que l'on ment à la personne en face de soi, tout en avertissant le téléspectateur... C'est une question de détails.

Les racines sont très importantes dans le film, est-ce un thème qui vous est cher ?
Je suis très «famille» et, contrairement à Stéphanie, je n'ai jamais tiré un trait sur mon passé. Et tout comme elle, qui retourne à Calais pour voir les siens, j'ai retrouvé la trace de mes aïeux en partant tourner dans le Nord ! Nous avons filmé une scène à Blériot-plage, lieu où Louis Blériot, un de mes ancêtres, avait décollé en 1909 pour traverser la Manche. Ma famille m'a toujours parlé de son envol et je me suis retrouvée au même endroit, 100 ans après.


Un mari de trop


Vous jouez la future belle-fille d'Alain Delon. Impressionnée ?
Au début, j'étais quelque peu stressée, mais il s'est montré chaleureux, prévenant et m'a tout de suite mise à l'aise. Je mesure ma chance, certains acteurs attendent des années avant de jouer la comédie aux côtés d'un tel personnage.


Quels souvenirs gardez-vous de l'équipe ?

Nous avons vécu des moments très agréables. Les liens entre les comédiens se sont créés rapidement, tout paraissait fluide. Nous avons également eu de nombreux fous rires grâce à Jean-Luc Bideau... Quant à Louis Choquette, le réalisateur, il a toujours su rester calme, apaisant. Il a véritablement donné le ton.

Cette 2e expérience en tant qu'actrice vous a-t-elle paru plus facile ?
Du côté technique, tout ce que j'appréhendais lors de mon précédent tournage m'était plus familier : je connaissais le déroulement des journées, les différents termes... Concernant mon rôle, c'était un nouveau défi totalement différent, une autre personnalité à trouver.

Le registre de la comédie vous a-t-il plu ?

J'avais apparemment le potentiel pour ce genre de rôle mais j'avais du mal à y croire. Dans ma vie privée j'aime bien faire rire, mais de là à jouer la comédie ! Et pourtant, je me suis vraiment amusée, je me suis abandonnée dans le rôle, sans inhibition. Si l'on me proposait à nouveau de jouer dans une comédie, j'accepterais volontiers !

Etes-vous contente du résultat ?
J'ai pris beaucoup de plaisir en regardant le film et je suis effectivement très satisfaite, c'est un beau travail d'équipe. La sélection d'Un mari de trop au Festival de la Fiction TV de la Rochelle a été une petite fierté supplémentaire. Je le prends comme un encouragement dans ce nouveau métier que j'aime et que je souhaite poursuivre.


Quels sont vos souhaits pour vos futurs rôles ?
Interpréter toujours des personnages qui soient loin de moi et, pourquoi pas, un rôle dans un film d'action. Je me suis d'ailleurs entraînée aux cascades dans Un mari de trop, notamment en chutant d'une péniche, une scène tournée à 3h du matin dans un froid glacial : j'en suis très fière !