Coupe des confédérations 2017: la Russie doit convaincre

Voir le site Coupe des confédérations - Russie 2017

RTX1UGLT
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TMC|2017-06-15T17:31:55.238Z, mis à jour 2017-06-16T08:30:15.009Z

Qualifiée d'office, la Russie débute sa Coupe des confédérations sans trop savoir où elle va. Sans ses anciennes gloires aujourd'hui retirées, peut-elle rester au niveau compétitif qui faisait d'aller une équipe à éviter ? Il s'agit aussi de montrer que le pays est prêt pour le prochain Mondial dans un an.

Pourquoi la Russie dispute la Coupe des confédérations

Première qualification pour la Russie. Les Russes sont qualifiés d'office en tant que pays organisateur. Cette Coupe des confédérations va aussi permettre au comité d'organisation du Mondial 2018 de se tester en vue de cette échéance. Cette Coupe du monde dans un an sera la première à se dérouler en Russie.

Le groupe : deux cadres dans un groupe qui perd en qualité

La sélection russe s'est appuyée pendant des années sur un noyau de joueurs confirmés en Europe. Mais le temps s'écoule et petit à petit, les Arshavin, Pavlyuchenko, Kerzhakov, Ignashevich et autres se sont éclipsés. Aujourd'hui, il reste deux cadres historiques : le gardien Igor Akinfeev, portier historique du CSKA Moscou, et Yuri Zhirkov, l'ailier gauche du Zénith Saint-Pétersbourg.

Autrement, c'est un groupe assez méconnu qu'a composé Stanislav Tchertchessov, le sélectionneur nommé après l'échec de l'Euro 2016 avec Leonid Sloutski. La moyenne d'âge est de 28 ans. Vassili Berezutski a pris sa retraite en mars dernier. La défense apparaît inexpérimentée. Le constat est assez similaire au milieu et en attaque. Attention toutefois à Fedor Smolov, globe-trotter en Russie mais régulièrement efficace dans la surface.

Gardiens : Igor Akinfeev, Vladimir Gabulov, Guilherme.

Défenseurs : Georgy Dzhikya, Dmitry Kombarov, Fedor Kudriashov, Ilya Kutepov, Roman Shishkin, Igor Smolnikov, Viktor Vasin.

Milieux : Aleksandr Erokhin, Iury Gazinsky, Denis Glushakov, Ruslan Kambolov, Alexey Miranchuk, Alexander Samedov, Dmitry Tarasov, Yuri Zhirkov.

Attaquants : Aleksandr Bukharov, Maksim Kanunnikov, Dmitry Poloz, Fedor Smolov.

La star : Yuri Zhirkov

L'ancien joueur de Chelsea approche de ses 34 ans. Ses deux saisons chez les Blues sont restées ses seules en dehors de Russie. Depuis 2011, il a joué à l'Anzhi Makhachkala, au Dynamo Moscou, et depuis un an au Zénith Saint-Pétersbourg. L'ancien joueur du CSKA Moscou est une figure respectée et écoutée. C'est lui qui sera le guide de la Russie dans cette compétition.

L’objectif : les demi-finales

Avec un effectif comme le sien, difficile de rêver au-delà des demi-finales pour les Russes, à moins que le soutien populaire ne donne des ailes aux joueurs. Dans le groupe A, le Portugal est naturellement donné favori, mais le Mexique a aussi de sérieux arguments. En se frayant un chemin entre ces deux-là, la Russie réussirait déjà son pari. Il faudra bien gérer le match d'ouverture le 17 juin contre la Nouvelle-Zélande.

La forme du moment

En l'absence de matches de qualification pour la prochaine Coupe du monde, la sélection russe enchaîne les matches amicaux. Et ce n'est pas très brillant. Depuis l'élimination à l'Euro 2016 (sur une défaite sans appel 3-0 contre le Pays de Galles), la Russie a disputé neuf rencontres amical. Bilan : trois victoires, trois nuls, trois défaites. Difficile de situer cette équipe.

en savoir plus : Equipe de Russie de Football