Coupe des confédérations 2017 : La Russie part du bon pied

Voir le site Coupe des confédérations - Russie 2017

But de Glushakov - Russie NZ
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TMC|2017-06-17T17:32:17.270Z, mis à jour 2017-06-17T17:35:25.084Z

Pour son entrée dans le tournoi, la Russie a pris la mesure d'une faible sélection néo-zélandaise (2-0). L'opposition du Portugal lui livrera davantage d'enseignements mercredi prochain.

Maître des débats, la Russie a parfaitement entamé la compétition qui se déroule sur son sol.

Russie - Nouvelle-Zélande : Voir tous les buts du match en vidéo

Une entrée en matière maîtrisée

Si la présence de Vladimir Poutine dans les tribunes était bien le signe d'un jour important pour le football russe, alors que celui-ci s'apprête à accueillir dans un an la compétition la plus prestigieuse au monde (du 14 juin au 15 juillet), l'affiche de cette rencontre d'ouverture de la Coupe des confédérations 2017 n'incitait pas à un enthousiasme fou. Si on attendait pas grand-chose du petit poucet néo-zélandais, les récentes sorties de la sélection russe sur le plan international (2 défaites, 1 nul à l'Euro 2016) avaient fait peine à voir. La victoire acquise dans l'enceinte du stade de Saint-Petersbourg est déjà un progrès en soi (2-0).

Les Kiwis étaient trop tendres

Pour prendre pleinement la mesure de ces améliorations, il semble plus sage, en revanche, de patienter un peu. Jusqu'à mercredi par exemple, face au Portugal de Cristiano Ronaldo, un test de tout autre nature. Pas sûr, par exemple, que les Lusitaniens attendent la 77e minute de jeu pur venir titiller les gants d'Akinfeev comme l'ont fait les "All Whites" par l'intermédiaire de Ryan Thomas. La seule incursion un tantinet dangereuse pour la formation de l'hémisphère sud.

Poloz très remuant

Côté russe, on retiendra, outre le sérieux affiché, les prestations individuelles de certains joueurs. Comme celle de Dmitry Poloz, l'attaquant le plus remuant jusqu'à sa sortie à l'heure de jeu. Passeur inspiré et décisif sur le premier but de Glushakov (1-0, 31e), il mettra le feu à la défense kiwi en entame de seconde période (48e et 52e). Deux parades de grande classe de Marinovic, gardien évoluant en D3 allemande, retarderont l'échéance inévitable d'un deuxième but. C'est par l'autre homme de ce match, Fedor Smolov, le meilleur buteur du championnat russe, que celui-ci survenait à la 69e après un bon centre de Samedov (2-0). Deux buts pour la Russie, c'est autant que lors des trois matches de poule du dernier Euro. Des progrès on vous dit...