Dans l'actualité récente

Coupe des confédérations 2017: la Nouvelle-Zélande en toute modestie

Voir le site Coupe des confédérations - Russie 2017

Chris Wood (Nouvelle-Zélande)
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TMC|2017-06-16T14:30:30.428Z, mis à jour 2017-06-16T14:57:51.908Z

Les Néo-Zélandais débarquent en Russie sans ambitions démesurées. Un gouffre sépare encore les All Whites avec l’élite du reste du monde. Il va leur falloir s’accrocher pour espérer sortir de la poule, ce qui serait déjà un exploit.

Pourquoi la Nouvelle-Zélande dispute la Coupe des confédérations

Il y a un an, pendant que l’Europe se passionnait pour l’Euro 2016, de l’autre côté du monde, un autre titre continental se jouait : la Nouvelle-Zélande s’offrait sa 5e Coupe d’Océanie, un record. En finale, les Kiwis ont dominé la Papouasie-Nouvelle-Guinée (0-0, 4 tab à 2). Un sacre qui leur permet de disputer leur quatrième Coupe des confédérations.

Le groupe : 23 inconnus, ou presque

On ne peut pas être au top dans tous les sports. En rugby, les All Blacks sont ce qui se fait de mieux. En football, les All Whites sont au sommet au niveau de l’Océanie… mais ce n’est pas comparable à l’échelle mondiale. Pas de stars, pas de titulaires dans des grands clubs européens : les 23 hommes retenus par Anthony Hudson évoluent en grande majorité en Nouvelle-Zélande. Les supporters de l’OM connaissent peut-être Bill Tuiloma : le milieu de terrain est apparu deux fois, très furtivement (moins de 20 minutes de jeu), en Ligue 1 en 2015. Il a aussi évolué un peu avec Strasbourg en National la saison suivante.

Gardiens : Stefan Marinovic, Glen Moss, Tamati Williams

Défenseurs : Sam Brotherton, Michael  Boxall, Kip Colvey, Thomas Doyle, Andrew Durante, Dane Ingham, Storm Roux, Tommy Smith, Themi Tzimopoulos, Deklan Wynne

Milieux : Clayton Lewis, Michael McGlinchey, Ryan Thomas, Bill Tuiloma

Attaquants : Kosta Barbarouses, Monty Patterson, Marco Rojas, Alex Rufer, Shane Smeltz, Chris Wood

La star : Chris Wood

Il a pris la relève de Shane Smeltz, toujours dans l’équipe mais clairement en fin de carrière, à bientôt 36 ans. Chris Wood, 25 ans, est le leader d’attaque des Kiwis. C’est un baroudeur du football anglais : il a déjà porté les couleurs de Leeds, Leicester et Birmingham. Au sein d’une équipe qui a du mal dans le secteur offensif, Wood est un atout de valeur. Lui a déjà inscrit 19 buts en sélection, et il peut légitimement rattraper Shane Smeltz (24 buts), puis le recordman Vaughan Coveny (28 buts).

L’objectif : pas de zéro pointé

En trois participations à la Coupe des confédérations, les Néo-Zélandais ont pris cher : 9 matches, 8 défaites et un nul, 2 buts pour et 24 buts encaissés. En héritant du groupe A avec les favoris portugais, la Russie à domicile et l’ambitieux Mexique, la Nouvelle-Zélande n’est pas particulièrement vernie. Ce serait déjà une très belle performance de ne pas perdre tous les matches. Une qualification pour les demi-finales serait encore plus grande. Cela récompenserait aussi le travail des Kiwis, toujours modestes mais en progrès tout de même.

La forme du moment

Tout va bien pour la Nouvelle-Zélande dans les éliminatoires du Mondial 2018. Les Néo-Zélandais ont une avance confortable sur leurs poursuivants. La participation au Mondial 2018 est quasi acquise. Par contre, c'est plus compliqué lors des rencontres face à des adversaires plus talentueux que ceux d'Océanie. La Nouvelle-Zélande n'a plus battu une équipe hors Asie/Océanie depuis 2012 (le Honduras). Et il faut remonter à 2010 pour retrouver trace d'un succès contre une équipe européenne (la Serbie).

en savoir plus : Equipe de Nouvelle-Zélande de Football