Violences policières : "On a beau être formés, on n'est pas à l'abri que la main parte"

Violences policières : "On a beau être formés, on n'est pas à l'abri que la main parte"

Depuis plusieurs mois, les accusations de violences policières se multiplient, parfois vidéos à l'appui. Pour les policiers sur le terrain, interrogés par Martin Weill, rien ne justifie le passage à tabac d'un interpellé. Pourtant, ils confessent qu'une "claque" peut facilement partir.
MA LISTE
PARTAGER