19h30 Médias : Gabriel Attal décrypté par les médias internationaux

19h30 Médias : Gabriel Attal décrypté par les médias internationaux

C’est indéniablement l’homme de la semaine. Après avoir été nommé Premier ministre à la surprise générale, Gabriel Attal a également polarisé l’attention des médias étrangers. De l’Espagne à l’Inde en passant par la Grande-Bretagne ou encore la Corée du sud, les journalistes internationaux ont tenté de dresser son portrait. Présenté comme un bon communicant et un fidèle macroniste, il est également dépeint comme une star montante particulièrement populaire et médiatique. Sans surprise, son jeune âge a évidemment été mis en avant, mais également son orientation sexuelle, beaucoup moins mise en lumière dans l’hexagone. Une caractéristique pas chaudement accueillie par certains médias russes, ouvertement homophobes. C’est l’affaire qui tient en haleine les Etats-Unis depuis le début de semaine. Le secrétaire de la Défense Lloyd Austin a été hospitalisé en urgence sans que personne ne connaisse son véritable état médical, y compris Joe Biden. Après avoir été hospitalisé une première fois le 22 décembre, il l’est de nouveau le 1er janvier après une rechute, avant d’être admis en soins intensifs le lendemain. Joe Biden sera mis au courant seulement le 4 janvier, avant que l’affaire soit rendue publique un jour plus tard. La raison de cette longue attente semble particulièrement étonnante alors que la communication autour de cette affaire est tout sauf transparente. Le Pentagone a finalement déclaré qu’un cancer de la prostate avait été diagnostiqué sur l’homme début décembre 2023. Un diagnostic qu’il n’aurait pas voulu dévoiler. Une affaire particulièrement embarrassante en pleine campagne présidentielle. L’élection présidentielle américaine donnera son coup d’envoi ce lundi 15 janvier avec les primaires républicaines dans l’Iowa. Le compte a rebours est lancé afin de savoir qui affrontera Joe Biden en novembre 2024 dans le but de prendre les rênes de la Maison Blanche pour quatre ans. Le suspense semble assez minime alors que Donald Trump fait sans surprise figure de grand favori pour espérer prendre sa revanche sur l’actuel président des Etats-Unis. Malgré tout dans la semaine, Nikki Haley et Ron de Santis, les deux principaux concurrents de Donald Trump, s’affrontaient et n’ont pas manqué d’envoyer quelques balles perdues à l’ancien président américain. Le favori des Républicains avait lui choisi de se prêter à une interview en direct au même moment sur Fox News. Au cœur de démêlés judiciaires, il a demandé cette semaine une immunité pénale devant la cour d’appel de Washington en tant qu’ancien président. Michelle Obama, notamment, s’est montrée inquiète sur la tenue de la démocratie dans le pays. Direction la Nouvelle-Zélande où une jeune députée maori de 21 ans a fait sensation en entamant son discours d’inauguration au Parlement par un chant traditionnel puis un haka. Elle a été suivie par de nombreux partisans, avant d’enchaîner par un discours à charge contre le nouveau gouvernement conservateur accusé d’appliquer une politique raciste contre le peuple maori. Une séquence particulièrement étonnante et marquante dans un climat politique particulièrement houleux au sein de l’île. Le gouvernement souhaite marginaliser la langue maori, deuxième langue officielle du pays.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
12m

Quotidien