19h30 Médias – Hommage à Gisèle Halimi : Emmanuel Macron affiche sa volonté d’inscrire l’IVG dans la Constitution

19h30 Médias – Hommage à Gisèle Halimi : Emmanuel Macron affiche sa volonté d’inscrire l’IVG dans la Constitution

Ce mercredi 8 mars, journée des droits des femmes dans le monde, la France rendait hommage à Gisèle Halimi. Décédée en 2020, elle avait notamment défendu le droit à l’avortement dans les années 1970 et était une figure du féminisme moderne. Au Palais de Justice, en présence du ministre de l’Education nationale, de la ministre de l’égalité femmes-hommes et de l’ancien président François Hollande, Emmanuel Macron a prononcé un discours hommage à l’avocate et en a profité pour annoncer sa volonté de « graver dans la Constitution la liberté des femmes à recourir à l’interruption volontaire de grossesse ». La mobilisation du 7 mars contre la réforme des retraites s’est poursuivie ce mercredi 8 mars, notamment dans les transports. Malgré une mobilisation plus importante que le 31 janvier dernier, les syndicats ne sont pas parvenus à mettre « la France à l’arrêt » comme ils l’espéraient. Qu’à cela ne tienne, l’intersyndicale prévoit deux nouvelles journées de mobilisation, ce samedi 11 mars et le mercredi 15 mars prochain. Deux bras d’honneur servis par un ministre, de la Justice qui plus est, en pleine Assemblée nationale, ça fait désordre. L’incident a provoqué une interruption de séance mardi soir. Le ministre Éric Dupond-Moretti s’est ensuite justifié, dans une plaidoirie qui n’a pas convaincue. Mardi soir, après le double doigt d’honneur du ministre de la Justice, une autre séance marquante a eu lieu à l’Assemblée nationale. La députée Aurore Bergé a terminé au bord des larmes à la tribune alors qu’elle défendait son projet de loi imposant une peine d’inéligibilité aux auteurs de violences conjugales, un sujet qu’elle assure connaître intimement.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
11m

Quotidien