Aller directement au contenu
19h30 Médias : la COP26 sert-elle encore à quelque chose ?

19h30 Médias : la COP26 sert-elle encore à quelque chose ?

La COP26 sert-elle à quelque chose ? Le sommet international sur le climat s’est ouvert ce lundi à Glasgow, en Écosse. Plus de 120 chefs d’État et de gouvernement vont s’y succéder durant deux semaines dans ce qui est présenté dans toute la presse comme la conférence « de la dernière chance ». Comme celle d’avant. Ou celle d’avant. Ou celle d’avant encore. En France, les écolos eux n’y croient plus. En Angleterre en revanche, deux hommes ont tout intérêt à faire de cette COP26 un succès : le prince Charles et Boris Johnson. Terminer ce sommet sans un accord ambitieux signerait un échec politique cuisant, mais comment y parvenir alors que parmi les grands absents figurent la Chine, la Russie et le Brésil, pourtant parmi les plus gros pollueurs du monde ? Il y en a un que le réchauffement climatique ne semble pas trop perturber : le président des États-Unis, Joe Biden, a été filmé en train de piquer du nez lors du discours d’ouverture de la COP26. Juste avant de se retrouver pour la COP26, les dirigeants du G20 étaient réunis à Rome ce week-end. Sans surprise, les crises diplomatiques ont volé la vedette de ce sommet : celles entre la France et le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Australie. On a donc assisté à des rencontres particulièrement tendues entre Emmanuel Macron et Boris Johnson, le Premier ministre britannique, mais aussi entre Emmanuel Macron et le Premier ministre Australien, Scott Morrison. Seul Joe Biden semble avoir réussi à se rabibocher avec le président français. Engluée à 5% d’intentions de vote dans les sondages, Anne Hidalgo a décidé de hausser le ton ce week-end. Sur LCI, la maire de Paris s’en est violemment prise à Éric Zemmour, un « guignol » avec qui elle « refuse de débattre ». La colère d’Anne Hidalgo, saluée par une partie de la presse, semble marquer le véritable début de sa campagne après une semaine marquée par les bad buzz. À gauche toujours, le candidat du Parti communiste surfe sur une toute nouvelle popularité. Fabien Roussel séduit de plus en plus, y compris à droite. Son dernier soutien en date et sans doute le plus inattendu : celui d’Alain Finkielkraut, pas vraiment réputé pour son communisme.
MA LISTE
PARTAGER
Quotidien
11m
1 nov. 2021 à 19:30
Quotidien

Découvrez aussi