19h30 Médias : la visite attendue (mais très tendue) d’Emmanuel Macron en Israël

19h30 Médias : la visite attendue (mais très tendue) d’Emmanuel Macron en Israël

Ce mardi 24 octobre, soit 17 jours après les attaques du Hamas, Emmanuel Macron s’est enfin rendu en Israël. Dans un contexte géopolitique tendu, le président a commencé sa visite par une rencontre avec les familles des victimes françaises de l’assaut du 7 octobre, dont celles des neuf disparus. Cette attaque sans précédent a fait plus de 1 400 morts, en très grande majorité des civils, parmi lesquels trente Français ou Franco-Israéliens. Il a ensuite proposé une coalition internationale pour lutter contre le mouvement islamiste palestinien qui contrôle la bande de Gaza. Après un entretien avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le président français a présenté les condoléances de la France. Emmanuel Macron a par ailleurs insisté sur la nécessité d’une « relance décisive du processus politique avec les Palestiniens », dont il a discuté plus tard, dans l’après-midi, avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. La Hamas a affirmé ce lundi 23 octobre avoir libéré deux femmes enlevées lors de son attaque sur le territoire israélien le 7 octobre dernier. Une libération qui intervient trois jours après celle des deux Américaines. Alors que le Hamas détiendrait toujours 220 personnes, la libération de ces deux israéliennes âgées de 85 et 79 ans redonne de l’espoir aux familles des otages. Ce matin, l’une des deux otages prenait la parole lors d’une conférence de presse. Elle dit avoir été battu lors de son enlèvement puis bien traitée en détention… C’est la première fois qu’une otage s’exprime devant les caméras. Le Hamas évoque une libération pour « raisons humanitaires », rendue possible grâce à une médiation du Qatar et de l’Égypte. Mais c’est aussi pour l’organisation islamiste une manière de diffuser sa propagande : sur quelques images, on peut y voir les otages libérées serrer la main d’hommes armés. On peut voir également une autre séquence où on leur donne à manger. C’est une vraie guerre de communication à laquelle se livre actuellement le Hamas… Le New York Times, a présenté ses excuses, dans un communiqué, pour les fausses informations publiées sur l’explosion d’un hôpital à Gaza, provoquée dans la nuit du 17 au 18 octobre dernier par un tir manqué de missile du Jihad islamique. Il y a eu des dizaines de morts et non pas des centaines, comme le média l’avait relayé en lettres capitales à sa Une « Une explosion tue des centaines de personnes à l’hôpital de Gaza ». La plupart des médias ont pris au pied de la lettre la communication du Hamas, relayée par des agences de presse palestiniennes. Le New York Times a donc voulu s’en expliquer et il n’est pas le seul à avoir été manipulé. Le journal Le Monde parle aussi à sa Une de « plusieurs centaines de morts » quelques heures après le tir. Pour Luc Bronner du journal Le Monde, les réseaux sociaux sont en partie responsable de cette course à l’information. Alors pourquoi ce loupé médiatique ? Car il est impossible pour la plupart des grands médias d’envoyer des journalistes sur place, dans la bande de Gaza.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
10m

Quotidien