19h30 Médias : le gouvernement dos au mur après le naufrage du projet de loi immigration

19h30 Médias : le gouvernement dos au mur après le naufrage du projet de loi immigration

Le naufrage du projet de loi immigration a secoué l’univers politique ce lundi, et entraîné une importante crise politique. Et s’il est pour le moment compliqué d’évaluer concrètement les conséquences immédiates, les médias eux ne parlent que de ce sujet, avec une priorité pour les réactions des principaux concernés. Notamment les députés LR et RN qui n’ont pas caché leur joie à l’annonce des résultats. Que va faire désormais Emmanuel Macron face à cette situation ? Lui qui a refusé la démission de son Premier ministre, Gérald Darmanin. La priorité est à la réflexion concernant l’issue de cette crise que ce soit à l’Elysée ou à Matignon. Et si Elisabeth Borne a pris la parole dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale cette après-midi, Gérald Darmanin a lui annulé sa venue sur le plateau de Cnews, préférant TF1 ce lundi soir devant six millions de personnes. Ce mardi matin, le ministre de l’Intérieur a remis le bleu de chauffe lors d’un déplacement au sein d’un commissariat de Maisons-Alfort. Et évidemment, il était attendu par de nombreux journalistes qui ne l’ont interrogé que sur ce sujet brûlant et sur son avenir. Son nom et son visage sont partout à la Une de la presse pour évoquer cet échec. Pourtant, il n’a rien laissé paraître lors du Conseil des ministres de ce mardi. A l’Assemblée nationale, Mathilde Panot a appelé à la démission de Gérald Darmanin, alors que les LR préfèrent eux ne pas trop se mouiller. La question du texte immigration est sur toutes les lèvres après le camouflet de l’Assemblée nationale ce lundi. Emmanuel Macron n’a devant lui plus beaucoup de possibilités hormis la dissolution de l’Assemblée nationale. On se dirige vers une commission mixte paritaire, c’est-à-dire une négociation à huit clos entre huit députés et huit sénateurs. Leur nombre sera proportionnel à leur poids politiques au sein des deux chambres. S’en suivra un texte qui devra être voté par l’Assemblée nationale et le Sénat. Ce texte devrait être bien plus orienté à droite que celui proposé par le gouvernement. Ce qui n’est pas au goût de la gauche et de l’extrême-gauche. Le gouvernement espère désormais un compromis. Emmanuel Macron fait face à une crise politique d’ampleur après le crash de la loi immigration à l’Assemblée nationale. Un véritable tournant pour le chef de l’Etat qui a peu de cartes en main. Lui ne veut pourtant pas entendre parler de crise. Et pourtant, le Conseil des ministres ressemblait nettement à une réunion de crise ce mardi, selon les journalistes présents sur place. Des discussions à huit clos, alors que l’Elysée a seulement dévoilé quelques citations d’Emmanuel Macron. La dissolution de l’Assemblée nationale est une possibilité désormais envisagée.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
11m

Quotidien