19h30 Médias : le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau en première ligne face à la colère grandissante des agriculteurs

19h30 Médias : le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau en première ligne face à la colère grandissante des agriculteurs

La colère des agriculteurs est loin de s’apaiser. Le sujet rythme les chaînes d’information depuis 48 heures qui déploient un dispositif exceptionnel aux quatre coins de la France et un remake du début des Gilets Jaunes est même envisagé. Le gouvernement se retrouve au bord de la crise sociale d’ampleur. A Agen, la préfecture a été prise pour cible tandis que les quotidiens locaux titrent tous sur ce brûlant sujet, de même pour les nationaux. Une situation qui semble profiter à l’opposition et à un certain Jordan Bardella, au plus près du terrain le week-end dernier. Marion Maréchal ou encore Fabien Roussel ont aussi tenus à se déplacer, tout comme le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau. Pendant ce temps-là, Gabriel Attal continue de recevoir les syndicats, avant de probables annonces en fin de semaine. La FNSEA vient elle de publier une quarantaine de revendications urgentes. La colère des agriculteurs s’est invitée jusque sur les bancs de l’Assemblée nationale. Le discours de Sandrine Rousseau entourant la fronde du monde agricole semble être mal passé dans le camp des agriculteurs. La plupart d’entre eux jugent le discours des écologistes comme « déconnecté de la réalité ». Marine Tondelier a bien tenté de rattraper le coup pendant que Yannick Jadot dénonçait le deux poids deux mesures du gouvernement dans la répression des manifestants. L’émotion est particulièrement vive après le décès d’une agricultrice et de sa fille sur un barrage en Ariège. Les profils des occupants de la voiture impliquée, qui étaient sous OQTF, provoquent de vifs débats depuis et notamment sur Cnews avec Jordan Bardella. En 2022, seul 4500 OQTF ont été exécutées sur 65 000. Une nouvelle rouste pour le gouvernement face à la montée du Rassemblement National. Alors qu’officiellement la ministre de l’Education, Amélie Oudéa-Castéra est toujours soutenue par Emmanuel Macron et Gabriel Attal, cela s’agiterait en coulisses. Le journal l’Opinion raconte que le nouveau Premier ministre n’en voudrait déjà plus au sein de son gouvernement. Face à cette question, Prisca Thevenot a préféré laisser éclater son rire. Emmanuel Macron ne voudrait lui pas céder à la pression médiatique, en atteste son déplacement aux côtés de la principale concernée ce mardi à l’INSEP pour ses vœux olympiques. A l’époque présidente de la Fédération Française de Tennis, Amélie Oudéa-Castéra est épinglée par un rapport pointant du doigt sa rémunération d’antan. Auditionnée, la femme politique n’a eu d’autres choix que de lever le voile sur le sujet. Ce mercredi matin, Médiapart révélait le choix de la ministre de mettre ses enfants dans des classes non mixtes au sein de l’établissement Stanislas. Une liste est parue au Journal Officiel comprenant les sujets qu’Amélie Oudéa-Castéra ne peut désormais plus gérer. La ministre qui met même dans l’embarras des journalistes avec qui elle a des liens familiaux. Combien de temps tiendra-t-elle à son poste ?
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
12m

Quotidien

Playlist: Le 19h30 Médias de Julien Bellver