19h30 Médias : l’échec cuisant de la loi immigration, rejetée par une majorité de députés

19h30 Médias : l’échec cuisant de la loi immigration, rejetée par une majorité de députés

La séance de ce lundi à l’Assemblée nationale était particulièrement attendue. Une journée marquée par l’examen du projet de loi immigration. Et ce alors que ce projet de loi phare est sur la table depuis plus d’un an, et a été reporté à plusieurs reprises. De nombreux médias avaient choisi de titrer sur le sujet, et Gérald Darmanin, qui porte ce texte, faisait face à une motion de rejet. Le ministre de l’Intérieur a choisi de mettre la pression aux oppositions, mais s’est dit malgré tout ouvert aux concessions. Pendant ce temps-là, les journalistes politiques étaient en ébullition, et le suspense a duré toute la journée. Le RN a finalement voté la motion de rejet, alors qu’on tentait de rester confiant dans les rangs de l’exécutif. Des estimations qui ont finalement été confirmées puisque le projet a été rejeté par une majorité de députés. Accusé d’agressions sexuelles et dans la tourmente ces derniers jours, l’animateur Sébastien Cauet a pris la parole à travers une interview de plus de 30 minutes ce dimanche soir sur BFM TV. Il a tenté de se défendre en niant tout en bloc, expliquant : « tout est faux et tout est mensonger ». Un entretien avec une question centrale, a-t-il eu une relation avec la première plaignante alors âgée à l’époque de 16 ans, à l’origine de cet épisode médiatique ? L’homme sous le coup d’une procédure judiciaire est apparu tendu, coupant la parole à plusieurs reprises à son intervieweur. Une vaste machination dirigée contre lui selon le principal concerné, tout simplement. Pour la journaliste de l’Obs, Emmanuelle Anizon, Cauet cherche à noyer le poisson. Pendant ce temps-là, Libération a publié le témoignage d’une femme expliquant s’être fait agresser dans les couloirs de NRJ. Cauet userait, selon plusieurs avocats, d’une stratégie de défense classique. Elu à la tête de l’Argentine il y a quelques jours, le populiste et très controversé Javier Milei a été investi en tant que président. Une prise de fonctions à la Une des médias internationaux, et une cérémonie d’investiture diffusée en direct dans le monde entier. Un évènement sous le regard notamment de Volodymyr Zelensky. Le nouveau président argentin a parcouru les rues de Buenos Aires aux côtés de sa sœur, accompagné par la clameur de la foule. L’homme promet des temps difficiles et un choc budgétaire digne de l’époque Margaret Thatcher. Le « Trump de la pampa » mise tout sur la notion de liberté. Un mot écrit sur le livre d’investiture, ou encore apposé sur un maillot de football de l’équipe de Boca Juniors, offert à un certain Emmanuel Macron. Un maillot reçu par le président français et une photo envoyée à Javier Milei que ce dernier a rapidement publié sur les réseaux sociaux. Ce qui a sans surprise indigné une partie de la gauche française.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
13m

Quotidien