19h30 Médias : l’outsider Nikki Haley joue les trouble-fêtes dans le camp républicain aux Etats-Unis

19h30 Médias : l’outsider Nikki Haley joue les trouble-fêtes dans le camp républicain aux Etats-Unis

A un an des prochaines élections présidentielles américaines de 2024, le duel entre Joe Biden et Donald Trump semble presque clair comme de l’eau de roche. Mais une femme pourrait venir jour les trouble-fêtes. Considérée comme la nouvelle étoile montante de la primaire républicaine outre-Atlantique, Nikki Haley gagne doucement mais sûrement du terrain, depuis le premier débat du camp républicain fin août dernier. Elle a notamment ridiculisé l’une des têtes d’affiche de ce parti, le sulfureux Vivek Ramaswamy. Pro-Ukraine et pro-Israël, la femme politique a profité de l’intense actualité internationale pour émerger. La femme de 51 ans, originaire d’Inde se fait régulièrement tacler par ses adversaires, mais n’hésite pas à égratigner son ancien collaborateur, Donald Trump. Joe Biden en prend également pour son grade, et Nikki Haley est désormais numéro 2 dans deux Etats décisifs selon les derniers sondages. C’est le 105ème féminicide commis en Italie cette année. Le meurtre de Giulia Cecchettin, âgée de seulement 22 ans, a particulièrement ému le pays la semaine dernière. Les médias télévisés tournent en boucle sur le sujet. La jeune femme a été retrouvée morte dans un ravin, alors que son ex-petit ami a été arrêté en Allemagne après une cavale de plus de sept jours. Les membres du jury de l’émission équivalente d’« Un incroyable talent », ont même entamé le programme en dénonçant cette nouvelle atrocité, une de plus dans le pays. Une minute de bruit a été observée au sein de différentes universités du pays symboliquement, et ce pour montrer qu’il ne faut plus se taire face aux féminicides. De nombreuses manifestations ont eu lieu dans les rues italiennes durant la semaine. La sœur de la victime a caractérisé l’agresseur présumé comme « un enfant de la société patriarcale, imbibé de la culture du viol », pointant au passage du doigt l’Etat. La Première ministre, Giorgia Meloni, est elle accusée de ne pas en faire assez afin de lutter contre les violences faites aux femmes, et de favoriser une société patriarcale. Elle a tout de même demandé une accélération du calendrier législatif pour le vote d’une loi contre les violences faites aux femmes, adoptée par le Sénat. Une scène surréaliste a eu lieu au sein du Parlement albanais ce lundi, à Tirana, capitale du pays. L’opposition conservatrice s’est muée en supporters de foot dans l’hémicycle, mettant littéralement le feu avec des fumigènes. Cela pour protester contre le vote express du budget par la majorité socialiste. Au milieu des fumées vertes, rouges, et violettes, certains députés ont même fait barrage avec leurs chaises en guise de vives protestations. Après un début d’incendie, les services de sécurité ont finalement réussi à éteindre rapidement le feu. Les substances chimiques utilisées pour mettre le feu se trouvaient apparemment cachées dans un pot de crème, et dans un flacon de parfum. Et ce n’est pas la première fois que ces scènes ont lieu au sein du Parlement albanais.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
11m

Quotidien