19h30 Médias : soupçons de fraudes massives autour de la réélection de Vladimir Poutine

19h30 Médias : soupçons de fraudes massives autour de la réélection de Vladimir Poutine

Il y a quelques jours, Vladimir Poutine a sans surprise été réélu en tant que président de la Fédération de Russie pour un cinquième mandat de six ans. Une victoire sans appel et un score de 87% qui fait surgir des soupçons de fraude. Selon plusieurs observateurs, de très nombreux votes auraient été falsifiés, mais les chaînes de télévision d’Etat du pays ne l’entendent pas de cette oreille puisque Vladimir Poutine a notamment reçu les félicitations de très nombreux chefs d’Etats, peu démocrates. Les Etats-Unis ont rapidement réagi, pointant du doigt une élection « ni libre, ni juste ». De nombreux observateurs étrangers, présent en Russie, n’ont eux vu aucune irrégularité. Les rares médias indépendants russes commencent eux aussi à publier leurs propres chiffres. Certains parlent de 22 millions de bulletins falsifiés en faveur du chef d’Etat actuel de la Russie, d’autres même de 31,6 millions. Le bourrage d’urnes est également évoqué et les courbes électorales apparaissent « anormales ». A quelques mois désormais de l’élection présidentielle américaine 2024, plus un jour ne passe sans que Donald Trump ne fasse les gros titres. L’ancien chef d’Etat aborde une position quelque peu négative et pessimiste, évoquant un « bain de sang » dans l’industrie automobile si les choses restent en l’état aux Etats-Unis, lors d’un rassemblement dans l’Ohio. Donald Trump a ensuite dû s’expliquer sur cette tournure de phrase, faisant référence à la situation économique du pays. Les observateurs américains, majoritairement en faveurs de Joe Biden n'ont que peu apprécié l’expression. Lors de son meeting, le républicain a sans aucun filtre insulté publiquement son futur concurrent. Donald Trump ferait d’autre part face à une crise de trésorerie. Selon ses avocats, il serait incapable de garantir le paiement de ses 454 millions de dollars d’amende pour fraudes financières. Le magnat de l’immobilier est-il au bord de la faillite ? Pour lui, aucun soucis puisqu’il ne cesse de répéter qu’il est très riche. Direction l’Asie du sud-est où Taylor Swift et sa tournée « Eras Tour » sont les sujets d’une dispute inédite entre plusieurs pays de la région. En cause, l’exclusivité régionale négociée par Singapour avec six concerts début mars de la superstar américaine pour trois milliards de dollars. Le deal signé par le pays a été vécu par une humiliation pour ses voisins. Un député philippin a demandé des explications. C’est le premier ministre thaïlandais qui a révélé cette clause privant toute l’Asie du sud-est de Taylor Swift. En conférence de presse, le Premier ministre de Singapour a tenté tant bien que mal de s’expliquer. Les six concerts de la chanteuse devraient générer un boost de 400 millions de revenus à l’économie singapourienne, et notamment touristiques car sept spectateurs sur 10 viennent de l’étranger.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
11m

Quotidien

Playlist: Le 19h30 Médias de Julien Bellver - 76/100