19h30 Médias : un mois de guerre sans précédent au Proche-Orient

19h30 Médias : un mois de guerre sans précédent au Proche-Orient

Déjà un mois. Le 7 octobre dernier, le Hamas lançait une attaque terroriste sans précédent sur le sol israélien, tuant sauvagement des milliers de citoyens de l’Etat hébreu de tous âges. Et ce notamment en s’attaquant par centaines aux festivaliers du Nova Festival, évènement particulièrement gravé dans les mémoires. Des centaines de personnes avaient également été kidnappées par le Hamas. Et pour l’occasion, les photos des otages détenus par le groupe terroriste ont été projetées cette nuit sur les murs de la vieille ville de Jérusalem, tandis que 1400 bougies étaient allumées. En riposte, l’armée israélienne pilonne depuis Gaza, où la situation est particulièrement alarmante, et où l’eau et la nourriture manquent. 18 agences de l’ONU ont conjointement publié un communiqué intitulé « trop c’est trop », dans lequel elles demandent un cessez-le-feu humanitaire immédiat. Benyamin Netanyahou, lui, refuse pour le moment de parler de pause humanitaire, seulement si les conditions le permettent. Pendant ce temps, la France tente de trouver un compromis depuis le Qatar. Après une blague sur Benyamin Netanyahou pas passée inaperçue sur les antennes de France Inter et jugée comme antisémite par de nombreux observateurs, l’humoriste Guillaume Meurice a été sanctionné par la direction de la radio. Le médiateur de Radio France a été saisi, tandis que Charline Vanhoenacker, l’animatrice de l’émission a elle aussi rapidement réagi afin de calmer le jeu. Mais à droite, à l’extrême-droite ou encore sur la chaîne Cnews, la polémique enfle autour de Guillaume Meurice, qui a seulement été sanctionné d’un simple avertissement. L’humoriste a contesté cette sanction dans les colonnes du Monde, mettant en avant la liberté d’expression. Peu de personnalités l’ont défendu dans les médias ces derniers jours. Ce lundi, Raquel Garrido a été mise à l’écart par le bureau du groupe La France Insoumise à l’Assemblée nationale à l’issue d’une heure et demie d’audition. La députée insoumise s’est plus précisément fait retirer le droit d’opérer en tant « qu’oratrice au nom du groupe », d’explication de vote et de questions au gouvernement. Et ce pour une durée de quatre mois suite à des déclarations jugées comme nuisibles par le mouvement politique d’extrême-gauche. Pour LFI, il ne s’agit pas d’une punition mais «d’une accumulation d’agissements et de propos répétés qui nuisent au bon fonctionnement collectif du groupe parlementaire». La femme de 49 ans, également avocate et chroniqueuse est pointée du doigt pour trois chefs d’accusation : « prise à partie de salariés du groupe parlementaire », « mise en cause et dénigrement de plusieurs membres du groupe », et enfin pour avoir « diffusé de fausses informations dans la presse à propos du groupe ou de ses membres ». Raquel Garrido s’est dite en colère et humiliée, faisant référence entre autres à la sanction semblable d’Adrien Quatennens pour des faits de violence. Le 15 octobre dernier, Anne Hidalgo, accompagnée de trois collaborateurs, s’envole à l’autre bout du monde direction La Nouvelle Calédonie afin d’y rencontrer différentes autorités de l’île. La maire de Paris se rend ensuite à Papeete, en Polynésie française, afin d’y visiter le 21 octobre dernier les infrastructures réservées aux épreuves de surf dans le cadre des Jeux Olympique 2024. Mais la contestation autour de l’installation d’une tour en aluminium, qui serait néfaste pour le lagon local, bouleverse tout. C’est son adjoint en charge du sport et des Jeux Olympiques, Pierre Rabadan, qui s’y rendra finalement le lendemain. Pendant ce temps-là, Anne Hidalgo rejoint l’île voisine de Raiatea afin d’y retrouver sa fille et de passer du temps avec elle. Elle est rapidement pointée du doigt suite à des dépenses pour l’ensemble de la délégation s’élevant à 60 000 euros, et ce notamment par le groupe de droite d’opposition Changer Paris expliquant qu’il s’agissait « d’un déplacement personnel que les Parisiens n’ont pas à payer ».
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
13m

Quotidien