fond 2022, c’est déjà demain : la "loyauté" en politique, ça va, ça vient
2022, c’est déjà demain : la "loyauté" en politique, ça va, ça vient

2022, c’est déjà demain : la "loyauté" en politique, ça va, ça vient

C’est officiel, la présidentielle 2022 aura lieu dans un an tout pile. Alors dans les matinales, on affûte ses couteaux : toujours peu d’enthousiasme à droite pour la candidature de Xavier Bertrand, Yannick Jadot continue de se prendre pour le Martin Luther King de la gauche et Nicolas Dupont-Aignan persiste à dire tout et son contraire. Dans le reste de l’actualité de la semaine, ça ne vous aura sans doute pas échappé : l’ancien Premier ministre Édouard Philippe était en grande tournée de promotion. Tout le monde, ou presque, lui a posé la question : sera-t-il candidat en 2022 ? Pour y répondre, l’ancien locataire de Matignon a trouvé la parade idéale : celle de se présenter comme un homme « libre », mais « loyal ». Il faut dire que dans l’histoire politique récente – et moins récente – lorsque l’ambition d’un Premier ministre se confronte à celle d’un Président, ça donne rarement de bons résultats. Une autre campagne se déroule en coulisses, celle de la course au financement des campagnes. Et avec les différentes échéances à venir, élections départementales, régionales, présidentielle puis législatives, les partis ont tous besoin d’engranger de solides ressources financières pour espérer mener leurs campagnes à bien. Il existe un parti pour lequel c’est plus compliqué que les autres : le Rassemblement national.
MA LISTE
Quotidien
11m
Publiée le 09 avril 2021 à 19:30
Dispo + 30jQuotidien

Vidéos similaires