Le Conseil d'Etat ordonne à l'Arcom de rééxaminer le pluralisme sur CNEWS

Le Conseil d'Etat ordonne à l'Arcom de rééxaminer le pluralisme sur CNEWS

Cnews se retrouve une nouvelle fois au cœur de la polémique. Le Conseil d’Etat, saisi par Reporters Sans Frontières, demande à l’Arcom de réexaminer le respect par la chaîne de ses obligations en matière de pluralisme des courants de pensée. En cause, en plus du temps de parole des invités politiques, les courants de pensée de ses animateurs et ses chroniqueurs. Les personnalités de droite et d’extrême droite ne comprennent pas cette décision et certains se disent même indignés à l’image d’Eric Ciotti qui parle lui d’une « grave atteinte à la démocratie ». L’audiovisuel public, de manière générale, est pointé du doigt par Marion Maréchal et Jordan Bardella. Toutes les chaînes de la TNT sont rappelées à l’ordre car en échange d’une fréquence gratuite pour émettre, elles doivent respecter certaines règles bien précises. Mais cette demande risque d’être particulièrement difficile à mettre en œuvre. Le pluralisme politique et celui des courants de pensée est largement confondu. Sans surprise, Cnews tourne en boucle sur le sujet depuis hier. Une large opération de communication déclinée sur toutes les antennes du groupe. Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, s’est étrangement retrouvé sur le plateau de Pascal Praud ce mercredi matin et a fait face à un débat inaudible.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
6m

Quotidien