La Brigade : comment Vladimir Poutine a utilisé la pop culture pour sa dédiabolisation

La Brigade : comment Vladimir Poutine a utilisé la pop culture pour sa dédiabolisation

En 20 ans au pouvoir, Vladimir Poutine a eu tout le loisir de créer autour de lui un véritable culte de la personnalité. S’il est craint et détesté en Occident, en Russie il incarne l’homme parfait, le surhomme capable de tout faire, tout le temps. Cette starification, cette dédiabolisation, Vladimir Poutine les a travaillées grâce à la culture. On l’a vu danser, jouer de la musique – notamment du piano en attendant le président chinois – et même chanter. On l’a vu peindre aussi à une vente de charité et, pour info, le tableau en question a été vendu à un million de dollars. Vladimir Poutine a aussi écrit des livres, notamment sur le judo, sa passion. Le dirigeant russe est ceinture noire et diffuse régulièrement des vidéos de lui en train de terrasser ses adversaires. Pour renforcer son influence, Vladimir Poutine a aussi su s’entourer de stars au cours de ses 20 années au pouvoir. Lors d’un concert de charité à Saint-Pétersbourg, il avait réuni Sharon Stone, Kevin Costner, Vincent Cassel ou encore Gérard Depardieu. Gérard Depardieu à qui il a accordé un passeport russe, tout comme Steven Seagal. Tous ces aspects, sa proximité avec les stars ont participé à la starification et à la dédiabolisation de Vladimir Poutine. En Russie, le dirigeant n’est pas seulement chef d’État, il est aussi héros de pop culture. Alors qu’en Occident, son image n’a rien à voir. On en parle avec Ambre Chalumeau dans sa Brigade.
En savoir plus sur Ambre Chalumeau

Quotidien
5m

Quotidien