fond La Brigade : Ricardo Bofill, architecte au service des autres
La Brigade : Ricardo Bofill, architecte au service des autres

La Brigade : Ricardo Bofill, architecte au service des autres

L’architecte Ricardo Bofill est mort ce week-end des suites du Covid à l’âge de 82 ans. Si son nom ne vous dit peut-être rien, vous avez forcément déjà vu ses réalisations. Architecte prolifique, l’artiste espagnol est le point commun entre Valéry Giscard d’Estaing et Jennifer Lawrence ou entre Barcelone et Noisy-le-Grand. Impossible ? Pas du tout. Ricardo Bofill est omniprésent dans le paysage urbain de l’Île-de-France. C’est à lui qu’on doit la tour de verre du marché Saint-Honoré à Paris, à lui encore qu’on doit le complexe résidentiel place de Catalogne dans le XIVème arrondissement, mais aussi les Arcades du Lac dans les Yvelines ou encore les espaces d’Abraxas de Noisy-le-Grand, devenus célèbres pour avoir été le théâtre d’un certain nombre de clips et de quelques films à petits budgets comme, au hasard, Hunger Games. En tant qu’architecte, Ricardo Bofill a consacré sa vie à créer des logements à la fois audacieux et à la portée des plus modestes. La plupart de ses créations sont d’ailleurs des HLM aux lignes bien éloignées des codes habituels. Chez Bofill, pas de barres d’immeubles en béton, mais des bâtiments impressionnants et novateurs. Se définissant lui-même comme un « architecte de gauche », Ricardo Bofill choisissait avec beaucoup d’attention les chantiers sur lesquels il souhaitait s’investir et ils devaient respecter un certain nombre de ses exigences sociales et humaines. On en parle avec Ambre Chalumeau dans sa Brigade.
MA LISTE
Quotidien
4m28
17 Jan 2022 à 20:02
Quotidien