La Culture : doit-on légiférer le cinéma comme n’importe quel métier ?

La Culture : doit-on légiférer le cinéma comme n’importe quel métier ?

Ce lundi, Ambre Chalumeau axe sa première chronique culture de l’année sur un scandale autour d’une accusation d’agression sexuelle sur le tournage du nouveau film du réalisateur Samuel Theis. Un fait tout juste révélé par Libération et Télérama, qui fait particulièrement réagir. Un des techniciens de l'équipe a accusé le réalisateur avant de quitter le tournage. La production a elle pris l'affaire très au sérieux, mais il a finalement été décidé collectivement que le film pouvait aller au bout de par la présomption d'innocence de Samuel Theis. L’idée d’impunité dans le cinéma est omniprésente. On a notamment longtemps toléré chez des acteurs des comportements qu’on ne tolèrerait pas chez un salarié, par exemple. Doit-on alors légiférer le cinéma comme on légifère tout autre métier ? Si l’on fait du cinéma c’est tout de même pour ne pas se faire contrôler diront certains et que les contrôles sont une entrave à la liberté de créer. Mais d’autres, comme Emma Stone récemment sur le plateau de Quotidien, expliquait qu’il était important de légiférer le métier.
En savoir plus sur Ambre Chalumeau

Quotidien
4m11

Quotidien