La Culture : Kehinde Wiley redonne du prestige aux chefs d’Etat en peinture

La Culture : Kehinde Wiley redonne du prestige aux chefs d’Etat en peinture

Une exposition a pris ses derniers jours ses quartiers du côté du musée du Quai Branly. Il s’agit de « Dédale du pouvoir », de Kehinde Wiley, âgé de 46 ans et étoile montante de l’art américain ces dernières années. En atteste son fait d’armes le plus célèbre, avoir réalisé le portrait de Barack Obama en 2018. Il présente dans la capitale française un projet de peinture à travers lequel il s’interroge sur la question de la représentation du pouvoir et des chefs d’Etats. Une œuvre donc assez politique, à l’image de cette série de peinture qu’il avait intitulée « archéologie du silence », faisant écho au mouvement Black Lives Matter. Cette fois, l’artiste a étudié tous les codes visuels relatifs à l’Histoire du portrait royal de la Renaissance à Napoléon afin de les appliquer sur des chefs d’Etats africains. Ces derniers ont d’ailleurs pu choisir eux-mêmes leur mise en scène et accessoires. Un artiste percutant et passionnant.
En savoir plus sur Ambre Chalumeau

Quotidien
3m01

Quotidien