Aller directement au contenu
La semaine de Clément Viktorovitch : Jean-Luc Mélenchon, la police et le mot de trop

La semaine de Clément Viktorovitch : Jean-Luc Mélenchon, la police et le mot de trop

Samedi, à Paris, des policiers ont ouvert le feu sur une voiture après le refus d’obtempérer de son conducteur. La passagère avant du véhicule, blessée par balle, a succombé à ses blessures quelques heures plus tard. Les policiers, placés en garde à vue, sont ressortis libres, mais l’information judiciaire suit son cours. Si le drame a été très commenté, c’est surtout de la réaction de Jean-Luc Mélenchon dont on a parlé. Sur Twitter, le patron des Insoumis a en effet écrit que « la police tue », de quoi provoquer une vague de réactions et d’indignation parmi la classe politique. S’agit-il vraiment d’une phrase inadmissible ? Lorsque Jean-Luc Mélenchon dit que « la police tue », c’est factuellement vrai. La police a déjà tué et, dans certains cas très précis, strictement encadrés par la loi, elle en a le droit. Alors, où est le problème ? Pourquoi la phrase de Jean-Luc Mélenchon a-t-elle tant déchaîné les passions ? On en parle avec Clément Viktorovitch. Emmanuel Macron a annoncé la création d’un « Conseil national de la Refondation ». Une nouvelle méthode pour répondre aux problèmes des Français qui ressemble furieusement à d’autres « méthodes » déjà mises en place par le chef de l’État lors de son premier quinquennat. Lors de leur meeting à Hénin-Beaumont, Marine Le Pen et ses lieutenants ont tenté un truc : les figures de style à répétitions. Elles n’étaient pas toutes du meilleur goût, pas plus qu’elles n’étaient subtiles.
MA LISTE
PARTAGER
Quotidien
7m
10 juin 2022 à 20:00
Quotidien

Playlist - 32/61
La semaine de Clément Viktorovitch

Découvrez aussi