La Zone Mazaurette : comment le cinéma et ses prothèses génitales vous provoquent des complexes

La Zone Mazaurette : comment le cinéma et ses prothèses génitales vous provoquent des complexes

Maïa Mazaurette a remarqué que depuis quelques années on voyait de plus en plus d’organes génitaux au cinéma et dans les séries télévisées. Et si le pénis de l’acteur Theo James a beaucoup fait parler dans la série “The White Lotus”, il s’est avéré qu’il s’agissait en réalité d’une prothèse. Ce type d’accessoire permet de protéger les acteurs, à faciliter les tournages mais aussi à construire l’histoire des personnages. Problème : le cinéma met très souvent en avant des acteurs avec des prothèses de très grandes tailles et donc très éloignées de la réalité des corps. Ce phénomène participe potentiellement à créer des complexes chez les hommes comme peut le faire l’industrie de la pornographie. Pour soutenir la lutte contre le sida, Maïa Mazaurette vous conseille de vous procurer “Kamasutra +”, illustré par de nombreux artistes qui ont réussi le pari de dessiner 69 positions et gestes de prévention. L’association Sidaction a publié sa propre version LGBTQ+ du Kamasutra, le plus célèbre ouvrage sur la sexualité. Ce bel objet est préfacé par le chanteur Eddy de Pretto.
MA LISTE
PARTAGER
Quotidien
3m00
2 déc. 2022 à 19:50

Quotidien