La Zone Mazaurette : que faire face à la consommation croissante de porno par les mineurs ?

La Zone Mazaurette : que faire face à la consommation croissante de porno par les mineurs ?

L’Arcom, l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, publie ce jeudi 25 mai une étude révélant que la consommation de porno des mineurs a encore augmenté : 2,3 millions de jeunes sont concernés, soit 600 000 de plus qu’il y a 5 ans. Un mineur sur trois regarde du porno et un sur dix en regarde tous les jours. L’âge du premier visionnage de contenus pornographiques diminue encore : à 13 ans, un garçon sur deux commence à regarder du porno et un garçon sur cinq à 11 ans, un âge jeune pour être confrontés à des contenus violents et non représentatifs d’un vrai rapport sexuel. Pourtant, l’influence du porno grandit : des nouveaux contenus apparaissent chaque seconde et sont disponibles immédiatement. L’étude montre également que 75% des mineurs ne consomment du porno que sur leur téléphone portable, donc sur un support qui échappe complètement au contrôle des parents ou des adultes. Que faire face à ce constat ? Une censure est impossible à mettre en place puisque le porno n’est pas uniquement présent sur les sites dédiés mais aussi sur les réseaux sociaux. En tant que parent, il est essentiel d’anticiper l’exposition des enfants au porno en initiant le dialogue. Puisqu’il est impossible d’annuler le discours pornographique, autant le compenser par des contenus plus intéressants qui nourrissent la curiosité et l’éducation sexuelle : des livres, des podcasts et l’imagination.
En savoir plus sur Maïa Mazaurette

Quotidien
4m10

Quotidien