Le gouvernement joue la carte de la fermeté après l'attentat d'Arras

Le gouvernement joue la carte de la fermeté après l'attentat d'Arras

Après le meurtre de Dominique Bernard à Arras ce vendredi, l’Etat tente de réaffirmer toujours plus son autorité, et l’un des mots prononcés par Emmanuel Macron durant son allocution la semaine dernière, « impitoyable » est repris sur les chaînes d’information. Pendant ce temps-là les oppositions de droite et d’extrême droite n’ont pas été tendres avec le gouvernement. Le Rassemblement National demandant même la démission de Gérald Darmanin. Comme souvent, le gouvernement est pointé du doigt face à une nouvelle faille, mais cette fois-ci il joue la carte de l’offensive et de la réaction immédiate, en atteste la présence de Gérald Darmanin sur le plateau du Journal de 20 heures de TF1 dès vendredi soir. Concernant l’assaillant, on en a appris davantage sur son parcours mais aussi sur sa famille qui est arrivée en France en 2008 d’Ingouchie, une république à proximité de la Tchétchénie. Alors qu’elle était sur le point de se faire expulser en 2014, le cabinet de Manuel Valls avait fait annuler au tout dernier moment l’avis d’expulsion. Ce lundi matin, Gérard Darmanin a demandé la surveillance de près des fichés S ressortissants du Caucase.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
6m

Quotidien