fond Les langues régionales n'ont pas dit leur dernier mot
Les langues régionales n'ont pas dit leur dernier mot

Les langues régionales n'ont pas dit leur dernier mot

L’enseignement des langues régionales divise le gouvernement. À trois semaines des élections régionales, le sujet est devenu éminemment politique. Tout a commencé avec Paul Molac, député ex-République en Marche, qui se bat depuis dix ans pour que l’enseignement des langues régionales soit mieux reconnu. Il a d’ailleurs déposé une proposition de loi en ce sens, qui a été adoptée début avril. Elle prévoit notamment l’autorisation de l’enseignement dit « immersif ». Autrement dit, elle autorise les enseignants à faire cours principalement dans une langue régionale et non plus en Français. Une idée qui n’a pas plu, du tout, au ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, qui a fait saisir le Conseil constitutionnel, qui a fait censurer la loi. Pour faire pression sur le chef de l’État, Paul Molac a organisé des manifestations partout en France pour défendre l’enseignement des langues régionales.
MA LISTE
Quotidien
3m32
Publiée le 31 mai 2021 à 19:57
Dispo + 30jQuotidien

Vidéos similaires