Les langues régionales n'ont pas dit leur dernier mot

Les langues régionales n'ont pas dit leur dernier mot

L’enseignement des langues régionales divise le gouvernement. À trois semaines des élections régionales, le sujet est devenu éminemment politique. Tout a commencé avec Paul Molac, député ex-République en Marche, qui se bat depuis dix ans pour que l’enseignement des langues régionales soit mieux reconnu. Il a d’ailleurs déposé une proposition de loi en ce sens, qui a été adoptée début avril. Elle prévoit notamment l’autorisation de l’enseignement dit « immersif ». Autrement dit, elle autorise les enseignants à faire cours principalement dans une langue régionale et non plus en Français. Une idée qui n’a pas plu, du tout, au ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, qui a fait saisir le Conseil constitutionnel, qui a fait censurer la loi. Pour faire pression sur le chef de l’État, Paul Molac a organisé des manifestations partout en France pour défendre l’enseignement des langues régionales.
MA LISTE
PARTAGER
Quotidien
3m32
31 mai 2021 à 19:57

Quotidien