Nabilla : "Peut-être qu’un jour j’en aurais marre et je disparaîtrai"

Nabilla : "Peut-être qu’un jour j’en aurais marre et je disparaîtrai"

C’est rituel : une fois par semaine, Nabilla éteint son téléphone. Pour se consacrer pleinement à ses proches, pour faire une petite pause des réseaux sociaux. Parce que, même elle, en a besoin. D’ailleurs, Nabilla le dit sans détour, « peut-être qu’un jour », elle en aura « marre » de sa vie ultra-médiatisée. Et qu’elle « disparaîtra ».

Quotidien
1m27

Quotidien