Rencontre avec Kamel Daoudi, plus vieil assigné à résidence: le casse-tête de l'État français

Rencontre avec Kamel Daoudi, plus vieil assigné à résidence: le casse-tête de l'État français

Kamel Daoudi a 46 ans et depuis 13 ans il est assigné à résidence par la justice. Condamné pour des faits de terrorisme en 2002, il écope de six ans de prison ferme. À sa sortie de prison, il y a treize ans, Kamel Daoudi doit pointer matin et soir au commissariat. Pourquoi est-il toujours assigné à résidence ? En réalité, le cas de Kamel Daoudi est un véritable casse-tête pour l’État français. L’ancien condamné a deux passeports : un français et un algérien. Après sa condamnation, la justice lui retire sa nationalité française. Kamel Daoudi doit ensuite être expulsé vers l’Algérie, mais la Cour européenne des Droits de l’homme pose son veto car il risque la torture s’il est renvoyé là-bas. Il est donc assigné à résidence, et ça fait treize ans que ça dure. Azzeddine Ahmed-Chaouch a rencontré Kamel Daoudi.

Quotidien
6m

Quotidien