Trois présidentes d’universités américaines dans la tourmente suite à une vague d’actes antisémites sur les campus

Trois présidentes d’universités américaines dans la tourmente suite à une vague d’actes antisémites sur les campus

Depuis le 7 octobre dernier et les actes terroristes du Hamas en Israël, les actes antisémites se multiplient dangereusement sur les campus des universités américaines. Certaines grandes et renommées institutions comme Harvard semblent totalement impuissantes face à cette vague de haine. Le témoignage de trois des présidentes de ces institutions au Congrès ont particulièrement choqué outre-Atlantique. La parlementaire républicaine, Elise Stefanik, a poussé ces femmes dans leurs retranchements. Pour certains à la Maison-Blanche, « ce manque de clarté morale est inacceptable », et la président de l’université de Pennsylvanie a été poussé à démissionner. En revanche, Claudine Gay, président de l’université de Harvard a réussi elle à résister. Beaucoup pointent du doigt la vague « wokiste » et pousse les Etats-Unis à s’interroger sur les fondements de la liberté d’expression. Le Congrès a ouvert une commission sur l’antisémitisme au sein des grandes universités du pays.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
3m42

Quotidien