fond À Gaza, la mort comme porte de sortie
À Gaza, la mort comme porte de sortie

À Gaza, la mort comme porte de sortie

Baptiste des Monstiers était à Gaza après la journée d’affrontements meurtriers entre Palestiniens et armée israélienne, le 14 mai dernier. Sur place, la reconnaissance de la ville de Jérusalem comme capitale d’Israël par Donald Trump a exacerbé les tensions entre Palestiniens et Israéliens. Lundi, le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem a provoqué un conflit d’une rare violence et fait 60 morts et plus de 2500 blessés côté Palestiniens. Sur place, Baptiste des Monstiers a pu voir de jeunes hommes blessés par des tirs des snipers israéliens et, là-bas, une chose surprend. Les morts sont considérés comme des martyrs et pour les familles, peu de larmes, si ce n’est pour la promesse d’une vie meilleure pour leur proche. Si le côté religieux est à prendre en compte chez les Palestiniens, ce fait cache autre chose : à Gaza, enclave Palestinienne de 41km de long par par plus de 12km de large, la mort est pour certain la seule sortie possible dans cette bande dont on ne peut, presque jamais, sortir.
En savoir plus sur Yann Barthes
MA LISTE
Quotidien avec Yann Barthès
3m50
Publiée le 17 mai 2018 à 20:11
Dispo + 30j
Quotidien avec Yann Barthès

Vidéos similaires