Aller directement au contenu
Zoom 2022 : Sandrine Rousseau, les limites d’une candidature « écolo-woke »

Zoom 2022 : Sandrine Rousseau, les limites d’une candidature « écolo-woke »

Sandrine Rousseau est la grande surprise de la primaire écolo. Avec 25% des voix, elle talonne le favori Yannick Jadot et ses 27,7%. À la différence de son rival, présenté comme un « rassembleur » par ses alliés et comme un « Macron-compatible » par ses ennemis, Sandrine Rousseau a choisi d’être la candidate de la radicalité. Sandrine Rousseau est parvenue à se positionner non pas sur des questions écologiques, mais essentiellement sur des questions sociétales brûlantes comme la lutte contre le sexisme et le patriarcat. Ce qui en fait, pour ses adversaires, la candidate du « wokisme ». Le terme, né pendant les manifestations Black Lives Matter, désigne les militants – de gauche - qui veulent lutter contre toutes les formes d’injustice. Ils estiment que la lutte contre les inégalités ne doit plus passer par la seule lutte contre les inégalités économiques, mais contre toutes les inégalités sociétales, qu’il s’agisse de sexisme, de racisme, d’homophobie, … Le terme « wokisme » étant utilisé à des fins péjoratives, ses partisans lui préfèrent le terme d’intersectionnalité. C’est précisément sur ces thèmes que Sandrine Rousseau a fait campagne et qu’elle a trouvé sa base électorale. Pour autant, pas sûre que l’intersectionnalité lui permette d’arriver jusqu’à l’Élysée. Si son discours a fait écho aux revendications de ses militants, les combats de l’intersectionnalité sont encore obscurs pour une grande partie des Français.
MA LISTE
PARTAGER
Quotidien
3m41
20 sept. 2021 à 19:57
Quotidien

Découvrez aussi