Aller directement au contenu
Zoom : ce n’est pas parce qu’on peut réformer les retraites qu’on doit le faire

Zoom : ce n’est pas parce qu’on peut réformer les retraites qu’on doit le faire

Clément Viktorovitch a épluché les prises de parole de la Première ministre Elisabeth Borne depuis son arrivée à Matignon. Des discours marqués par un esprit d’ouverture, du moins dans le choix de ses mots. En y regardant de plus près, il a constaté qu’Elisabeth Borne dit aussi, beaucoup, les termes « nous devons » dans ses discours. Avec ce procédé, la Première ministre présente la quasi-totalité de son programme de gouvernement comme s’imposant à elle, comme une obligation impérieuse. C’est parfois vrai – il existe par exemple un devoir juridique de respect de l’accord de la COP21 – mais il existe aussi des devoirs moraux, comme celui de protéger les Français. Pour présenter sa réforme des retraites, Elisabeth Borne a, là aussi, utiliser du « nous devons » pour expliquer que les Français doivent travailler plus longtemps. Pourtant, le Conseil d’Orientation des Retraites, qui fait autorité en la matière, n’est pas du même avis.
MA LISTE
PARTAGER
Quotidien
5m
30 août 2022 à 20:18

Quotidien

Découvrez aussi