fond La Corée du Nord rattrapée par Omicron
La Corée du Nord rattrapée par Omicron

La Corée du Nord rattrapée par Omicron

Le Covid ne devait pas passer par la Corée du Nord. C’était comme un défi officiel des autorités du pays. Et puis ce jeudi, le président Kim Jong-un est apparu masqué pour la première fois en public, comme rattrapé par le virus. Une communication surprenante pour ce pays, qui, depuis deux ans, s’était enfermé encore un peu plus dans ses frontières, ses certitudes et ses limites. “Le pays n’a pas aujourd’hui de vaccin et a des capacités de dépistage qui sont extrêmement limitées. Le régime n’a pas donc d’autres choix que de confiner strictement la population. La communication est évidente, puisque le régime a dû prendre des mesures extrêmement fortes, qui auraient été connues de toute façon. Il faut donc mieux officialiser les mesures", déplore Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, professeur à Sciences Po. Aujourd’hui 187 800 personnes sont isolées et soignées, pour presque 26 millions d’habitants. Un mort officiel du Covid, cinq décès suspects, et tous ceux qui habitent en ville sont désormais strictement confinés. Pourtant, en Chine voisine, le virus fait rage. Officiellement, la Corée est donc fermée, mais les Chinois sont encore autorisés à y faire des allers et retours pour faire des affaires. Le virus a alors fini par passer les frontières, envahir le pays. Et le 25 avril dernier, on y célébrait l’armée populaire, en grande pompe, mais sans masque, ni distanciation sociale. Un cluster géant est à craindre, dans ce pays bien incapable de faire face à une crise sanitaire majeure. Pour cela, la Corée du Nord devra à coup sûr demander l’aide de son voisin chinois. TF1 | Reportage L. Hauben, J. Lacroix-Nahmias
MA LISTE
Le Journal du week-end
1m34
13 May 2022 à 20:16
Le Journal du week-end